Select Page

Barry Lyndon, de Stanley Kubrick, un magnifique livre de Davide Magnisi chez Gremese.

Article écrit par

Du bon, du beau, du Barry

Davide Magnisi, dans la maintenant célèbre collection Les meilleurs films de notre vie de chez Gremese, a pris la plume pour analyser l’un des plus beaux films du monde, Barry Lyndon (1975), le dixième long-métrage du célèbre réalisateur Stanley Kubrick qui n’a réalisé pratiquement que des chefs-d’oeuvre. Après 2001, l’odyssée de l’espace en 1968 et Orange mécanique en 1971, qui étaient des sommets d’esthétisme, Kubrick a tenté et réussi d’aller plus loin avec ce film tourné simplement en lumière naturelle, celle des bougies et candélabres de l’époque, dans les costumes d’Ulla-Britt Söderlund et de Milena Canonero, d’après le roman picaresque, Mémoires de Barry Lyndon, de William M. Thackeray. Le film est d’une grande beauté plastique et le propre du livre de Davide Magnisi est d’être allé à la recherche des nombreuses références picturales : Thomas Gainsborough, William Wollaston, Joshua Reynolds et même Jean-Honoré Fragonard pour ne citer qu’eux. On consultera d’ailleurs avec profit les pages 30 et 31 intitulées « Barry Lindon et la peinture de son époque », tout comme, un peu plus loin p. 34 et suiv. « La musique de Barry Lindon ». Ce livre qui est une pure merveille, tout en respectant les standards de la collection, s’en écarte un peu parfois et c’est très agréable pour nous proposer des encarts consacrés à la séduction du jeune Barry, aux interprètes du film, aux troubles de Lady Lyndon, et à la fameuse lumière du film qui fait de chaque plan un tableau. Certes, même si le livre ne se lit pas comme un roman, il est d’une richesse incroyable (on n’en finit pas de découvrir les arcanes du roman et du film grâce au grand talent pédagogique de Davide Magnisi) et l’on doit souligner la richesse des illustrations et la beauté de la maquette. Découpé en plusieurs parties : Introduction, Prologue (« Le XVIIIème siècle d’après Stanley Kubrick »), Le récit du film, l’ouvrage se termine par un épilogue et une abondante bibliographie ainsi que les critiques du film comme le veut la tradition Gremese. On regretterait presque que le film ne soit pas au programme du baccalauréat cinéma ou de l’agrégation car il serait d’une grande utilité pour les étudiants. Mais laissons les derniers mots à l’auteur de ce livre à la fois beau à voir et passionnant à lire, lui qui a tant aimé cette oeuvre chatoyante et mystérieuse du grand cinéaste : « Barry Lyndon est le meilleur film de notre vie, le plus riche visuellement de tous les Kubrick, le plus précieux pour comprendre sa vision du monde et la parabole existentielle qui nous attend, reflétée dans ce majestueux aquarium qu’est le temps cinématographique. » C’est le livre que tout critique de cinéma rêverait d’écrire…

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.