Select Page

As bestas

Article écrit par

Thriller écolo, le nouveau film de Sorogoyen est servi par des acteurs stradivarius…

La Galice dans tous ses états

Le Madrilène Rodrigo Sorogoyen, qu’on ne présente plus au vu des cinq longs-métrages qu’il nous a offerts et qui ont marqué les esprits comme Que Dios nos perdone (2016), El reino (2018) et Madre (2019) présente à Cannes As bestas qui se déroule en Galice et est interprété en trois langues (français, espagnol et galicien) par des acteurs à la fois français (Marina Foïs et Bruno Ménochet) et galiciens (Luis Zahera et Diego Anido). Le film commence de manière très âpre, par des hommes tentant de faire se coucher des chevaux pour leur couper la crinière et se poursuit de la même manière pour mettre en valeur une région campagnarde rude, confrontée à la présence d’un couple de Français mal accepté par les autres habitants, de plus en plus isolés dans cette région en train de devenir un désert humain.

Sous tension

L’histoire est simple mais lancinante et le réalisateur parvient à la maintenir sous tension presque jusqu’au bout comme tout bon thriller. Par moment, on se croirait presque dans Délivrance de John Boorman (1972) et, dans d’autres, dans Scènes de chasse en Bavière de Peter Fleischmann (1969)… Les Français Antoine (Denis Ménochet) et Olga (Marina Foïs) sont installés dans le petit village de Bierzo dans la campagne galicienne. Agriculteurs écologistes, ils s’attellent à la restauration de maisons laissées à l’abandon, afin d’encourager le repeuplement du hameau. Malgré – ou grâce – à leur engagement écologiste, le couple refuse de signer en faveur du projet d’éoliennes, contre la volonté de leurs voisins qui n’y voient que leur intérêt à court terme. S’instaure alors, avec eux, un climat hostile développé avec brio par le cinéaste.

Vivre ensemble ?

Le film met du temps à s’installer puis c’est le spectateur qui ne peut s’en détacher même s’il est, encore une fois, un peu trop long. Toutes les facettes de la vie en société et des difficultés du « vivre ensemble », comme on dit maintenant, sont évoquées, et le réalisateur n’hésite pas à prendre à bras le corps tous ces problèmes sans fioritures ni langue de bois, ce qu’un cinéaste français n’aurait certainement pas eu le courage de faire.

 

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre : ,

Pays : ,

Durée : 137 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.