Select Page

15 ans et demi

Article écrit par

Thomas Sorriaux et François Desagnat, réalisateurs de La Beuze et Les 11 commandements, reviennent dans les salles obscures avec comme bagage une comédie sentimentalo-comique sur l´adolescence. Alors, âge ingrat ou âge tendre ?

15 ans et demi est un film sans grande prétention sur les affres de l’adolescence, mais aussi sur celles de la parentalité. Après presque 15 ans d’absence, Philippe Le Tallec, scientifique de renom, revient en France quelques mois afin de s’occuper de sa petite fille Eglantine, plus si petite que ça. En effet, Eglantine a déjà 15 ans, que dis-je, 15 ans et demi. Elle parle en verlan, se teint les cheveux, tchate sur le net, a un piercing au nombril et se rend dans aux rave…Bref, une véritable angoisse pour son père qui se retrouve rapidement en conflit avec sa fifille chérie.

Le scénario tient en quelques lignes. Les rebondissements sont des plus attendus et la fin perceptible dès les premières minutes du film. Le récit s’appuie sur ce problème de communication qui oppose nécessairement la caste adulte et la caste ado. Cette difficulté universelle est ici, malheureusement, réduite à de très et trop nombreux clichés. Les gags, eux aussi trop nombreux, font rarement rire. L’apparition d’Albert Einstein en copain imaginaire du papa Daniel Auteuil interprété par François Berléand est absolument absurde. Il n’y a guère qu’Alain Chabat en junkie punk qui fasse sourire.

Daniel Auteuil en papa surprotecteur, inventant les plus fous stratagèmes afin d’éloigner les garçons de sa fille, est crédible. Il incarne bien ce père près à tout pour sauver sa fille mais aussi pour créer à nouveau un lien entre elle et lui (il va même jusqu’à participer à un stage de rééducation pour pères en difficulté). La jeune Juliette Lamboley donne également vie et force à son personnage d’Eglantine. Le duo Auteuil/Lamboley fonctionne bien mais ne suffit malencontreusement pas à porter le film.

15 ans et demi reste une comédie finalement ni vraiment drôle ni vraiment touchante. L’adolescence est pourtant un thème porteur, et très souvent bien abordé. Mais ce ne sera pas le cas dans ce film.

Titre original : 15 ans et demi

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.