Select Page

The Founder

Article écrit par

Une success story bien trop convenue.

1952, Ray Kroc (Michael Keaton), un simple commercial quinquagénaire qui rêve toujours de devenir un grand entrepreneur, est immédiatement convaincu que le fast food crée par Dick (Nick Offerman) et Maurice (John Carroll Lynch) McDonald peut devenir un concept révolutionnaire. Il se propose alors de devenir l’associé des deux frères pour développer une franchise du restaurant à l’échelle du pays. Le biopic fait partie de l’ADN du cinéma américain. Depuis ses débuts, Hollywood ne cesse de trouver, dans les récits inspirés de faits réels, une source d’inspiration illimitée pour nourrir sa formidable machine à rêves. En prenant comme sujet les grands entrepreneurs ou hommes d’affaires américains, le cinéma américain n’hésite pas à s’attaquer au mythe du self-made-man, en mettant en exergue les travers, les faiblesses et les angoisses des emblématiques incarnations du génie de la réussite. Le thème est également l’occasion de dénoncer la férocité du système économique américain, à l’instar du fascinant Tucker de Francis Ford Coppola (1988). Alors que le Steve Jobs de Danny Boyle, sorti également cette année, constitue une surprenante réussite, The Founder, de par son incapacité à transcender son sujet de départ, se révèle tout simplement déceptif. Trop subjugué par le spectaculaire récit d’une ascension sociale, John Lee Hancock n’aborde que superficiellement la dimension la plus intéressante de son sujet : la nature sombre et ambigüe de son personnage visionnaire.

 


Un service express


En bon élève qu’il se veut, John Lee Hancock connaît bien les ingrédients qui rendent si efficaces les récits hollywoodiens. A commencer par une introduction coup de poing : regard caméra, en gros plan, dans un long monologue, le personnage nous prend à partie afin de nous convaincre de l’accompagner tout au long de son parcours triomphal. Réutilisé en deux autres occasions, ce procédé est la seule touche d’inspiration venant apporter un peu de saveur à une mise en scène qui se contente de mettre en boîte un programme convenu. Certes, la photographie soignée, qui rappelle les classiques des années cinquante, ainsi qu’une bande son utilisée avec parcimonie réussissent à nous immerger dans l’atmosphère de l’époque, mais c’est bien trop peu pour nous transporter dans cette aventure. Hancock ne réussit jamais, car il semble ne pas le souhaiter, à nous faire partager l’intensité des problèmes auxquels son héros est confronté. Chaque contrariété est immédiatement résolue dans la scène qui suit son apparition. En se privant de tout temps de latence, le réalisateur annihile toute tension dramatique. L’objectif étant de louer le formidable et fulgurant développement de la marque McDonald’s, comme savent si bien le faire les documentaires économiques qui envahissent nos programmes télé. Hancock n’hésite d’ailleurs pas à en emprunter les codes pour démontrer, dessins et commentaires à l’appui, que l’efficacité de ce restaurant repose avant tout sur l’optimisation de ses locaux.

 


Un manque d’épaisseur

Les personnages secondaires, réduits à de pâles et minces archétypes, n’ont pour vocation que d’étayer la démonstration de force de l’exceptionnel Ray Kroc. Travailleurs, innovateurs et plein de bon sens, Dick et Maurice MacDonald sont totalement incapables de réaliser pleinement leur rêve entrepreneurial, effrayés par les risques associés à la démesure du projet. Ethel (Laura Dern), ne peut offrir que sa douceur et sa patience, mais son étroitesse d’esprit l’empêche de croire au potentiel de son mari. Inversement, Joan (Linda Cardellini), n’hésitera pas à quitter son mari, un bel et riche homme d’affaires, Rollie Smith (Patrick Wilson), pour accompagner et encourager Ray dans sa soif de réussite. Le personnage de Ray est visiblement taillé sur mesure pour un Michael Keaton, qui a pris une toute autre dimension depuis deux ans et ses performances dans Birdman (2014) et Spotlight (2015). Son énergie inépuisable imprime son rythme au récit, son jeu d’acteur, beaucoup plus subtil qu’il n’y paraît, dévoile peu à peu l’avidité de l’homme. Le looser naïf du début s’est mué en un froid et inquiétant businessman. Les derniers instants du film qui éclairent la part sombre du personnage ne font finalement que raviver notre déception : en laissant entrevoir tout l’intérêt qu’un tel sujet pouvait représenter. Il aurait fallu pour cela que le metteur en scène cherche à dépasser le simple cadre de la narration.

Titre original : The Founder

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 115 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.