Select Page

Suspiria

Article écrit par

Retour sur le Suspiria de Dario Argento trente ans après sa sortie.

Trente ans. Trente ans aujourd´hui que Dario Argento réalisa le premier volet de sa fameuse trilogie des Trois Mères, avec Inferno en 1980, et Terza Madre qui devrait sortir sous peu. Accédant à la reconnaissance à travers ses giallos, films à la mise en scène baroque mêlant mystères et meurtres, c´est à partir de Suspiria qu´Argento secoua le monde cinématographique en développant la thématique du surnaturel lui permettant de mettre en images toutes ses obsessions.

Les spectateurs vont alors découvrir un auteur radical, n´hésitant jamais à mettre en scène des meurtres brutaux, pervers, l´arme blanche est la préférée d´Argento, agrémentées de musiques enfantines, de traumas adolescents, le tout sous l´oeil d´une caméra frénétique et virevoltante. Tant de singularités qui assiéront Argento comme l´un des réalisateurs d´horreur les plus inventifs avec Carpenter. L´actualité lui étant favorable, Terza Madre (maintenant en post-prod) est attendu depuis plus de vingt cinq ans, l´occasion de voir ou revoir Suspiria sur grand écran est un plaisir cinéphilique dont on ne peut se passer.

 

Fasciné par l´histoire des Trois Mères, Mater suspirarum, Mater tenebrarum, Mater lachrimarum, trois anciennes sorcières officiant respectivement à Fribourg, New York et Rome, Dario Argento trouve ici matière pour plonger dans l´occultisme avec moult références picturales et ésotériques, jonglant avec un sens de la terreur imagée et des éclairages dantesques jusqu´alors jamais vu. Quiconque ayant découvert l´un des films du maître italien ne peut qu´être impressionné par ses aveuglantes lumières rouges, ses scissions de l´image matière entre un bleu et un vert criard renforçant l´aspect irréel de l´histoire et son utilisation de la musique quasi subliminale.

Argento parvient à symboliser et partager ses obsessions par l´utilisation récurrente de gammes chromatiques violentes. Le début de Suspiria est à cet égard éloquent : la couleur rouge agresse le spectateur à travers un néon, les jupes des femmes ou les phares d´une voiture. En une séquence, le réalisateur emprisonne le spectateur dans sa toile de sang, plongée sans appel dans un monde où chaque porte devra rester close. Chaque couloir est l´artère d´un Mal rayonnant de noirceur car Argento jubile à l´idée de sacrifier ses victimes, jeunes pour la plupart, sur l´autel de pulsions déviantes et sataniques.

 

Sa capacité à produire un effet de malaise et de vertige vient essentiellement de ses cadrages expérimentaux, à travers l´oeil d´une chauve souris ou d´un verre de vin, rouge bien sûr, de ses travellings avants furieux, mais aussi des incroyables décors surréalistes et baroques envahissant l´espace filmique jusqu´à leur conférer une identité propre. En cela Argento se rapproche des expressionnistes allemands ou des peintures murales vivantes de La maison du diable de Robert Wise.

Enfin, le réalisateur excelle à développer cette thématique d´un Mal tapi derrière les murs et les murmures. N´hésitant pas à jouer d´un thème musical obsédant, la musicalité des comptines est probablement l´une des idées de génie du maître pour créer l´ambiguïté quant à son rapport avec ses actrices, il met en place ses meurtres comme des ballets, les notes de musique ponctuant chaque coup de couteau, ce dernier lui-même dansant entre les mains du tueur. Effet renforcé par le rock diabolique des Gobelins sortit tout droit de La Malédiction. Le corps meurtri de la victime n´est qu´une catharsis d´un autre corps malade, celui de la Mère des Soupirs, vieille de 200 ans. Le Mal comme soif de pouvoir et d´éternelle jeunesse semble être le message de Dario Argento.
Véritable claque visuelle, sommet du film chthonien, il faut voir aussi Inferno, Suspiria est la clé de voûte d´un auteur dément et génial qui aura su braver les critiques pour nous offrir une oeuvre sans commune mesure dans le monde de l´épouvante.

Titre original : Suspiria

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Titre original : Suspiria

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.