Sous les figues

Article écrit par

Du Marivaux en Tunisie sous les figuiers un jour d’été.

Dans la veine de Kechiche

Avec ce documentaire scénarisé présenté à la Quinzaine, Erige Sehiri nous propose un magnifique portrait de femmes et d’hommes qui cueillent des figues dans un verger, mais aussi un portrait doux amer de la Tunisie contemporaine. Constitué de tableaux divers magnifiquement mis en images par la directrice de la photo, Frida Marzouk, Sous les figues est un vibrant hommage à Abdellatif Kechiche. Une des coscénaristes et monteuses du film est d’ailleurs Ghalya Lacroix qui a participé à l’écriture de la plupart des films du maître dont elle est la compagne. Enfin, on y découvre la beauté de ces jeunes filles dont l’une, avec son foulard, évoque souvent le portrait de La Jeune fille à la perle, tout comme le personnage principal, Fidé, est aussi belle dans sa sensualité et son port de princesse que Leila Bekhti.

Conter fleurette et désirer

Pourtant, il n’y a aucun acteur professionnel dans ce film et les personnages sont tels qu’ils sont dans la vraie vie. Le film raconte la journée d’un groupe de cueilleurs de figues, ce fruit qui en fait est une douce fleur portée par un arbre à la feuille rude et à la fragilité étonnante des branches qui peuvent se casser comme du verre. C’est sous ce dôme de verdure que les travailleurs ont trouvé un refuge pour flirter, s’aimer, se charmer comme dans une pièce de Marivaux même si certains sentiments masculins à l’endroit des jeunes filles peuvent se montrer durs et violents. « Je me retrouvais tout à fait dans le film LEsquive car j’ai grandi, comme les personnages, dans une banlieue française, se confie la réalisatrice dans le dossier de presse du film. Dans ce film, les jeunes répètent une pièce de Marivaux d’ailleurs ! Le marivaudage des quartiers fait écho à ce marivaudage de la campagne où se trouvent aussi mes origines. »

Des filles trop souvent invisibles

Cependant, Erige Sehiri a préféré garder le charme de cette journée au sein de la nature, en montrant des jeunes filles fortes et gaies, même si ces femmes sont entassées comme du bétail au petit matin dans la camionnette d’un patron à la fois indolent et sévère. Le figuier est d’ailleurs une belle métaphore puisqu’il contient au même moment des fruits verts, des fruits mûrs et des fruits pourris qu’il faut pouvoir choisir. Sur une belle musique d’Amine Bouhafa, et des chants populaires dont L’Estaca née sous Franco, la réalisatrice est parvenue à nous faire adorer ce petit coin du Nord-Ouest de la Tunisie berbère et sauvage en pleine mutation : « Ces ouvrières agricoles m’ont émue. J’ai discuté avec elles de ce qu’elles vivent au quotidien, de leur manière de travailler, de leurs relations avec les hommes, du patriarcat : il y avait déjà tellement de matière ! Je tenais à donner un visage à ces travailleuses habituellement invisibles. » Le film représentera d’ailleurs la Tunisie aux Oscars américains et on lui souhaite d’ores et déjà bonne chance. Erige Sehiri n’est pas une novice : elle est une réalisatrice et productrice franco-tunisienne. Avec sa société de production, HENIA, elle développe des documentaires d’auteur, récompensés notamment à Visions du Réel, l’IDFA, Cinémed…

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.