Select Page

New-York, une ville de cinéma

Article écrit par

New-York est une des villes les plus observées et fantasmées de l’Histoire du cinéma. Son emplacement géographique en fait une des métropoles les plus cosmopolites du monde, dont l’imagerie représente à elle seule l’incarnation du rêve américain. L’image de la Statue de la Liberté est souvent montrée comme la première prise de contact visuelle des […]

New-York est une des villes les plus observées et fantasmées de l’Histoire du cinéma. Son emplacement géographique en fait une des métropoles les plus cosmopolites du monde, dont l’imagerie représente à elle seule l’incarnation du rêve américain. L’image de la Statue de la Liberté est souvent montrée comme la première prise de contact visuelle des migrants avec leur terre d’accueil à travers les siècles, dans une dimension mythologique qui perdure dans le cinéma d’animation comme dans Fievel et le Nouveau Monde de Don Bluth (1986). New-York c’est aussi une histoire de l’Amérique qu’un Martin Scorsese aura su capturer dans sa contemporanéité sordide dans Taxi Driver (1976), ses origines brutales avec Gangs of New York (2002) ou la tradition étouffante d’une part de sa communauté dans le magnifique Le Temps de l’innocence (1993). Cité tentaculaire s’il en est, New-York est le terreau idéal pour laisser s’épanouir le polar et le film noir dans une esthétique emblématique de la période cinématographique et historique comme La Cité sans voile de Jules Dassin (1948), l’urbanité menaçante des années 1980 d’Abel Ferrara : L’Ange de la vengeance (1981), The King of New York (1990), Bad Lieutenant (1992) et même les visions futuriste d’un Blade Runner (1982). A travers ses errances sentimentales, existentielles et amusées, Woody Allen se fit aussi le plus bel ambassadeur de la ville.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Luigi Comencini !


Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/clients/8d2910ac8ccd8e6491ad25bb01acf6d0/web/wp-content/themes/Extra-child/single-post.php on line 73

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.