Select Page

My Soul to Take

Article écrit par

Avec « My Soul to Take », Wes Craven assure habilement le service minimum.

Film un peu maudit que ce My Soul to Take, qui arrive en France près de deux ans après avoir débuté sa tournée mondiale des sorties en salles. Tourné en 2008, c’est en fait l’avant-dernier plutôt que le dernier film de Wes Craven, même s’il sort ici après Scream 4. Projections-test désastreuses, critique américaine peu clémente, ajout en dernière minute de la 3D et gros flop au box-office, My Soul to Take avait a priori de quoi inquiéter. Longtemps attendu par les fans de Craven sous le titre de 25/8, le film est faible mais recèle de quelques moments inspirés. L’histoire, on s’en fiche un peu : sept adolescents, tous nés la même nuit (le 25/8 donc), date à laquelle l’Éventreur de Riverton a été tué, craignent des représailles au jour de leur 16 ans. Une légende circule en effet : le serial-killer serait de retour pour les assassiner tour à tour. Et de fait, les ados commencent à tomber les uns après les autres. L’Éventreur n’est-il pas mort ou son esprit s’est-il emparé d’un des sept de Riverton ?

La trame est classique, rodée, tant mieux – on n’attend rien d’autre d’un slasher movie. Et si celui-ci n’emballe pas outre mesure, il confirme le talent de faiseur de Wes Craven, qui signe par ailleurs son premier scénario original depuis Freddy sort de la nuit en 1994 (si l’on excepte le fragment réalisé pour Paris, je t’aime). Première surprise, et c’est là l’intérêt d’un cahier des charges respecté à la lettre : My Soul to Take réactive d’emblée une certaine nostalgie des films d’avant, ceux qu’on regardait dans le noir et entre amis, tard le soir. Ceux de Craven donc (la série des Scream, La Dernière maison sur la gauche ou Les Griffes de la nuit), mais aussi les Souviens-toi l’été dernier et autres Urban Legend. Le cinéaste joue habilement avec les codes pour ne décevoir aucune attente : les personnages arrivent toujours de nulle part (de préférence par la fenêtre), les twists s’enchaînent (avec plus ou moins de bonheur dans le cas présent), personne n’est vraiment qui l’on croit. Si Wes Craven sait toujours correctement ménager les moments d’angoisse, les scènes de meurtre sont plutôt ratées, tournées à la va-vite et incapables de faire naître la moindre horreur.

Ce n’est pas donc là qu’il faut chercher les qualités de My Soul to Take, par ailleurs assez mineur. La note d’intention précise que Wes Craven a souhaité un film réaliste. Débarrassé des desiderata des grands studios (le film a été monté par l’indépendent Rogue Pictures), le réalisateur a pu réaliser à sa sauce, et semble ici plus enclin à filmer l’adolescence. C’est la plus grande réussite de My Soul to Take, celle que l’on n’attendait pas : si l’on se fiche royalement des rebondissements, plutôt mal agencés, la vie de lycée et l’angoisse adolescente sont bien filmées. Les personnages ne sont finalement pas si apeurés par la perspective d’une mort imminente que par celle de grandir, de trouver leur place au sein du groupe, de la famille. Dans ses meilleurs moments, My Soul to Take sait rendre compte des non-dits – voir la scène où Bug apprend la vérité sur ses origines, ou celle encore où les élèves impopulaires sont tyrannisés par les reines du lycée, qui ne sont pas sans rappeler Mean Girls ou le récent Chronicle. Le reste ne fera pas date, mais permet d’attendre avec un peu d’intérêt le prochain Wes Craven.
 

Titre original : My Soul To Take

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Tu mérites un amour

Tu mérites un amour

Passée par l’école Kechiche, essayant d’en adopter les méthodes, Hafsia Herzi ne parvient pas à rendre sa parole claire ni intelligible. Un film sur la vie, l’amour, la haine, qui manque de singularité, d’intérêt, de poésie, de cinéma.

Détour

Détour

L’univers du film noir est rugueux comme un joyau dépoli. « Détour » est un noir expérimental à réévaluer. Comme son anti-héros la souffrance, cette série « B » distille la sueur et les contraintes majuscules de la production qui en font l’un des fleurons incontournables du genre. Viscéral en version restaurée 4K.