Select Page

Men In Black III

Article écrit par

Roboratif, léger au point de paraître un peu court en bouche, « MIB III » parvient à divertir tout en résonant avec certaines préoccupations du cinéma américain contemporain.

Pas moins de dix années séparent le deuxième du troisième volet de Men In Black. Attente marquée par une impatience très relative : c’est que les premiers épisodes ont commencé à vieillir, aussi bien par leur esprit cartoonesque que par le concept galvaudé de ces agents tirés à quatre épingles régulant secrètement l’activité extraterrestre sur Terre. Notre perplexité était d’autant plus vive qu’on retrouve à la mise en scène, comme en 2002, le désormais très rare Barry Sonnenfeld (La Famille Addams), et en tête d’affiche Will Smith, qui reprend ainsi un de ses rôles les plus emblématiques. Et dont l’absence du grand écran depuis Sept vies, en 2008, suggère que sa carrière vient peut-être de traverser un creux.

Bref, voilà un film de revenants dont on n’espérait pas grand-chose. A cette aune, MIB III, tout calibré qu’il soit, s’avère une bonne surprise. S’il ne rabat en aucun cas les cartes du divertissement grand public – personne ne lui en demandait tant – il se présente comme un produit soigné, jamais assommant, à la fois léger et pétillant. Contrepartie : ce cru savoureux peut parfois paraître un peu court en bouche.

 

Pour autant, le plaisir teinté de nostalgie que MIB III distille d’emblée est incontestable. Il tient autant à la musique caustique de Danny Elfman qu’à la réalisation de Sonnenfeld, qui s’inscrit dans le digne sillage des précédents volets : rythme sûr et presque sans temps mort ; effets spéciaux de qualité à défaut d’être renversants ; travellings millimétrés, vignettes symétriquement cadrées et jeux fluides sur les changements d’échelles. On a le droit de préférer cette mise en scène soignée et exhibitionniste, qui au moins assume son artificialité, aux découpages quelconques, souvent brouillons de bien des blockbusters récents – y compris les plus réussis, comme Avengers.

Pas révolutionnaire non plus, mais également roborative : l’interprétation des acteurs. Avant tout Will Smith, qui apporte une touche bienvenue d’humour, voire d’émotion « capraienne » à ce grand spectacle familial. A l’avenant, Tommy Lee Jones et le nouveau venu Josh Brolin convainquent par leur présence affectueuse et bourrue.

Toutefois, la vraie bonne surprise du film provient de son scénario. Dont on ne relèvera pas les incohérences, mais plutôt sa relative originalité, et les résonances qu’il entretient avec tout un pan de l’inconscient américain. L’idée du voyage temporel semble surtout prétexte à inscrire le film dans une certaine mythologie U.-S., en articulant le récit autour d’un évènement majeur de la seconde moitié du 20ème siècle : la conquête lunaire. Ce que MIB III partage explicitement avec un autre blockbuster récent, également produit par Steven Spielberg : Transformers 3 : la face cachée de la Lune. La réécriture de cette page d’histoire constituait la partie la moins déplaisante du film de Bay. Et a peut-être valeur de symptôme. Nostalgie d’un passé révolu ? Désir d’un retour aux sources d’un certain idéalisme américain, aventureux et naïf, confiant en ses valeurs humanistes – flambeau porté notamment par Capra puis Spielberg – en réaction au cinéma hollywoodien aussi désincarné que cynique de ces dernières années ? Peut-être. L’année dernière, mieux que le médiocre film de Bay, X-Men: Le Commencement jouait sur la même veine rétrospective. MIB III apparaît dès lors moins opportuniste, presque pas anachronique. Et même traversé d’échos politiques et sociaux très actuels, notamment à travers les blagues raciales de Will Smith (sur Obama, ou le racisme anti-noirs). Ce par quoi le film renoue avec les origines audacieusement métaphoriques de la trilogie, dont il s’affirme à la fois comme synthèse et comme point d’orgue.
 

Titre original : MIB 3

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.