Select Page

Liberté

Article écrit par

Film métaphore, ce film rate hélas un peu ses ambitions.

Il est des films pour lesquels il faut quand même mettre en garde le futur spectateur. Liberté n’est pas un film facile, il est long, lent, irregardable en fait, et risque de choquer certaines sensibilités comme disent de prudes mises en garde officielles. C’est cependant un film radical mais ennuyeux, profond mais stérile et sans doute est-ce la volonté du réalisateur qui nous avait cependant enthousiasmé avec La mort de Louis XIV interprété par l’inénarrable Jean-Pierre Léaud, magistral et royal dans le rôle d’un roi courageux et mourant. Albert Serra, réalisateur catalan, dont c’est le sixième long métrage, n’a pas habitué son public à la gaudriole, ses sujets sont souvent morbides comme Histoire de ma mort en 2013 et Le chant des oiseaux en 2008, films pourtant récompensés dans de nombreux festivals. Il se trouve que ses deux derniers films traitent de manière vraiment personnelle de l’Histoire de France, avec la fin du règne de Louis XIV et le libertinage qui en est la suite logique dans ce dernier opus qui, à travers les moeurs libertines du XVIIIe siècle, veut aborder le concept de liberté qui sera un peu plus tard au coeur des revendications de la Révolution française.

 

 

Un film sur l’Histoire, mais pas historique

Mais ses films sont loin d’être considérés comme historiques, même si la base en est l’Histoire. C’est plutôt une vision personnelle de notre histoire. La mort de Louis XIV décrivait de manière presque clinique et phénoménologique l’agonie du plus grand monarque européen de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe. Liberté est une oeuvre plus expérimentale encore puisqu’elle donne à voir, dans ces images de sous-bois, une humanité libertine chassée de la cour, qui s’adonne à la sodomie, la fessée et la fellation, sorte de métaphore pour annoncer la Révolution qui vient et qui tentera de tout briser.  Madame de Dumeval, le Duc de Tesis et le Duc de Wand, libertins expulsés de la cour puritaine de Louis XVI, recherchent l’appui du légendaire Duc de Walchen, séducteur et libre penseur allemand, esseulé dans un pays où règnent hypocrisie et fausse vertu. Leur mission c’est d’exporter en Allemagne le libertinage, issu de la philosophie des Lumières fondée sur le rejet de la morale et de l’autorité, mais aussi, et surtout, retrouver un lieu sûr où poursuivre leurs jeux pervers.

 

 

Le divin Marquis est au rendez-vous

Il est sûr qu’on pense ici plus au marquis de Sade qu’à Jean-Jacques Rousseau, mais ce sont ces idées de liberté que le réalisateur veut mettre à jour pour montrer que le libertinage n’était pas alors l’échangisme tel qu’on l’entend aujourd’hui dans les petites annonces coquines d’Internet, mais un véritable acte politique et révolutionnaire qui passait par l’usage du corps même si, de nos jours, la vue de fessiers féminins soumis à la fessée peut vraiment choquer car plus personne n’y voit une provocation révolutionnaire, mais une réelle humiliation. C’est peut-être sur cette lisière que joue ce film provocateur, mais ennuyeux, difficile à supporter et violemment radical, qui permet au spectateur d’entrevoir dans un clair obscur malsain et cependant maîtrisé Helmut Berger dans un rôle de composition pas si éloigné de son travail chez le maître Visconti.

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 132 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.