Select Page

Le Dernier des fous

Article écrit par

>, >, >, >. Martin, dix ans, bientôt onze. Dix ans, l´âge doré de l´enfance, celui des copains et des câlins, celui où l´insouciance juvénile, dans notre découverte de la vie, nous protège encore de la dureté de l´univers des adultes. Dans Le Dernier des fous, Laurent Achard parvient à pénétrer au plus profond de […]

<< Martin sors d´ici ! >>, << Martin dégage ! >>, << Martin, tu vas parler ! >>, << Putain Martin, t´es trop con ! >>. Martin, dix ans, bientôt onze. Dix ans, l´âge doré de l´enfance, celui des copains et des câlins, celui où l´insouciance juvénile, dans notre découverte de la vie, nous protège encore de la dureté de l´univers des adultes. Dans Le Dernier des fous, Laurent Achard parvient à pénétrer au plus profond de Martin, ce petit bout de chou paumé qui se raccroche désespérément à de trop rares certitudes. Il nous offre ainsi un petit miracle cinématographique ; un film bouleversant, d´une justesse inimaginable, d´une puissance et d´une intensité qui ne faiblissent jamais. Rarement des yeux d´enfants n´auront été aussi émouvants.

Le film débute dans le noir. C´est le dernier jour d´école de l´année. L´oeil de Martin, et en même temps celui du spectateur, observe par le trou d´une porte le maître de classe donner congé à ses petits élèves. Quand il trouve Martin et l´extrait de sa cachette, l´enfant a cette phrase : << Je veux redoubler >>. Peur de l´inconnu, peur du vide, peur d´un univers sans repères…

C´est avec une pudeur d´une cruauté infinie, laissant une grande importance au hors champ, que le cinéaste nous décrit, à travers les yeux du gamin, le monde de Martin. Mère sénile, père dépassé qui ne connaît même pas l´âge de son fils, grand-mère acariâtre, grand frère torturé et suicidaire. Se faufiler entre les portes, regarder par les trous des serrures, voir et comprendre ce qu´il se passe, tel est le premier réflexe de Martin. Mais il est systématiquement rejeté avec violence. Autant de gifles, de coups qui l´atteignent en plein coeur.

Que faire alors pour attirer l´attention et susciter l´affection ? Pour glaner, ci ou là, quelques gestes tendres ? Il y a bien son frère, capable de le battre puis de lui offrir de trop rares moments de complicité. Mais celui-là n´est déjà pas en mesure de s´aimer soi-même, comment pourrait-il aimer autrui ? Il y a bien aussi sa nounou, la bonne, qui tente de le protéger. Mais peut-elle pour autant le comprendre ? Son affection, aussi sincère qu´elle soit, ne remplace pas l´amour d´un père ou d´une mère. << Si vous ne m´aimez pas, laissez-moi vous aimez >>, semblent alors nous dire ces yeux noirs globuleux, perpétuellement cadrés en position d´observation. Mais même ce droit lui est refusé. Ni sa voisine Catherine ni sa mère n´acceptent sa compassion. Etre exclu de la souffrance des autres est peut-être le plus horrible des sentiments.

Martin ne peut donc pas comprendre, mais il ressent. Son intelligence n´est pas déductive mais discursive. Devant la sécheresse de sentiments des personnes qui l´entourent, il tente de s´échapper intérieurement. Dilatation du monde et réflexe de survie qui ne seront pas suffisants. Car la réalité est trop dure. Martin vit sans amour, sans protection, à fleur de peau. Son petit coeur, dont le besoin de tendresse est si légitime, n´est plus irrigué ; la faute à l´indifférence de sa famille. Ses regards appuyés sont autant d´appels au secours qui ne trouvent pas d´écho. Les espaces vides, d´un noir abyssal, métaphorisent le silence et l´incommunicabilité qui règnent.

L´espoir se tarit, tout se meurt, une fin atroce se laisse deviner… Comment pourrait-il en être autrement ? Quelle autre alternative à la mort physique la ruine des sentiments est-elle capable de proposer ? Le dénouement, épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête des protagonistes, tombe comme une sanction ; ou une justice ; ou un geste désespéré… Le ciel et la terre qui tremblent, la mort qui s´abat, une main d´enfant qui se baisse. Puis retour à la cruauté du silence. Dans ce monde où aimer est une folie, il n´en restera qu´un, le Dernier des fous. << C´est fini Martin, c´est fini >>…

Titre original : Le Dernier des fous

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.