Select Page

La Traversée

Article écrit par

Quand le divertissement tourne à l’obscénité.

N’en déplaise à Blaise Pascal, le divertissement est depuis longtemps – ce notamment grâce au cinéma – parvenu à atteindre ses lettres de noblesse. Sous le poids toujours plus écrasant de l’industrie, celui-ci ne cesse de muer, s’émancipant – parfois seulement – des pressions économiques et des dangers du conformisme. Mais aujourd’hui plus qu’hier dans le flot perpétuel des sorties cinéma, les œuvres se suivent et se ressemblent, formant une masse informe dont l’indéfinition vire même à l’obscénité. Tant et si bien qu’il est souvent difficile de déceler dans ces « choses » un semblant d’analogie avec ce que l’on appelle Cinéma. Le dernier film de Jérôme Cornuau illustre avec brio cette tendance.

Pour ce nouveau naufrage, le cinéaste ne tente même plus de s’absoudre des quolibets dont la presse le gratifie à la sortie de chaque nouveau film. Pire : son dernier nanar en date se nomme La Traversée et sonne presque comme une apostrophe à sa propre carrière, éternelle traversée du désert. Cet ex-réalisateur de clip (Ophélie Winter, Johnny Hallyday) ferait-il preuve de cynisme ou d’autodérision ? Personne ne sait. Quoiqu’il en soit, une telle conjecture serait sans doute lui prêter plus de finesse qu’il n’en a.

Le réalisateur des indélébiles Bouge (1997) et Folle d’elle (1998) ne semble toujours pas savoir ce qu’il fait là. Le septième art ne se réduit pour lui qu’à une bouillie de plans pompés ici et là (Nicolas Winding Refn, et cætera). La recette de La Traversée pourrait d’ailleurs se résumer en quelques lignes : copiez grossièrement l’étalonnage de The Ghost Writer (Roman Polanski, 2010), ajoutez une musique d’ameublement assourdissante, une mise en scène digne d’un téléfilm France 3 puis saupoudrez le tout d’une atmosphère ampoulée à la Silent Hill (Christophe Gans, 2006). Vous obtiendrez un amalgame à mi-chemin entre un clip, un jeu vidéo et une bande annonce. Une chose est sûre, ce n’est pas du cinéma.

Vendu par un Michael Youn fidèle à lui-même dans tous les talk shows du PAF comme un drame authentique épaulé par une « véritable mise en scène », La Traversée est un vulgaire teaser d’1h30 dont la condescendance n’a d’égal que l’artifice. Voilà un bien bel exemple de ce à quoi le cinéma ne devrait jamais ressembler.

Titre original : La Traversée

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.

Où est la liberté?

Où est la liberté?

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…