La Rumeur

Article écrit par

La Rumeur est un film très bien réalisé, mené par la main experte de William Wyler qui met en scène une magnifique descente sociale, psychologique et physique. C’est aussi un véritable bonheur que de retrouver Audrey Hepburn à l’écran dans un rôle qu’elle incarne parfaitement.

Pour la première fois à l’écran en 1961, La Rumeur de William Wyler est une adaptation de la pièce de Lillian Hellman, The Children’s hour. Ce film n’est pas une première pour le réalisateur qui s’était déjà servi de la pièce avec Ils étaient trois en 1936. Mais la différence n’est pas des moindre: en 1936 le personnage de Martha est jaloux d’une femme et amoureux de son fiancé alors qu’en 1961 elle est jalouse d’un homme et amoureuse de sa fiancée.

Martha est interprétée par Shirley MacLaine. Plus que convaincante dans sa prestation elle endosse à merveille son rôle d’institutrice. Plus le film progresse, plus on saisit la complexité de son personnage, torturé et partagé entre ses sentiments et les usages. Audrey Hepburn joue le rôle de Karen, sa meilleure amie, avec qui elle a fondée une institution pour jeunes filles. Son talent n’est plus à prouver et une fois de plus elle est brillante de beauté et de justesse.

La Rumeur est un film précurseur en ce sens qu’il fait parti des rares films de l’époque à traiter de l’homosexualité au cinéma. Sujet à la fois tabou et choquant, il avait déjà coûté à Lillian Hellman le prix Pulitzer. La première adaptation avait dû s’accommoder du code Hays qui établissait une censure impitoyable sur toutes les œuvres hollywoodiennes. Si la nudité ou les relations inter ethniques ne sont pas tolérées à l’écran, une histoire d’amour entre deux femmes le serait encore moins. Plus tard William Wyler trouve un moyen de contourner la censure et ainsi donne à son film tout son poids et sa mesure.

Tout d’abord il met en scène une histoire du genre fait divers qui nous montre la force que peut avoir un mensonge. Lors d’un entretien avec l’auteur de la pièce, cette dernière avait confié à William Wyler que loin du lesbianisme ou autre, elle cherchait avant tout à mettre en avant la dangerosité du mensonge enfantin, le réalisateur parvient à rétablir l’équilibre. D’un caprice d’enfant sort un mensonge qui finit par détruire la vie de plusieurs personnes. Tout au long du film il montre que l’intolérance et la méchanceté des adultes sont aussi dévastatrices que le simple mensonge d’une petite fille.

Le film critique aussi sans détour les tabous d’une société américaine enfermée dans un puritanisme absurde, de même il détruit l’image de l’enfant dans le cinéma hollywoodien. Chaque fois qu’il y a un personnage enfantin à l’époque, il est si parfait qu’on a l’impression d’avoir à faire à un ange. Le personnage de la petite Mary vient casser ce code: véritable petit démon elle incarne tout ce qu’il peut y avoir de méchant chez un enfant. Cette fillette est un être manipulateur, égoïste et sans cœur qui n’hésite pas à entraîner dans son mensonge ceux qui voudraient la dénoncer.

La musique est une perle supplémentaire. Composée par Alex North, le maître de la musique de film psychologique, elle participe au drame. Chaque note épouse parfaitement l’intensité du moment auquel elle correspond, elle est une véritable actrice des tensions psychologiques tout au long du film. Elle permet aussi de renforcer le jeu des acteurs, l’émotion qu’ils apportent superposée à l’intensité de la bande son aspire dans l’univers du film quiconque y prête attention.

La Rumeur est un film très bien réalisé, mené par la main experte de William Wyler qui met en scène une magnifique descente sociale, psychologique et physique. C’est aussi un véritable bonheur que de retrouver Audrey Hepburn à l’écran dans un rôle qu’elle incarne parfaitement.

Titre original : The Children's Hour

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).