Select Page

Hellboy II les légions d’or maudites (Hellboy II : The Golden Army)

Article écrit par

Retour du diablotin rouge qui colle des bourre-pifs, se pose des questions existentielles et oublie dans tout cela d’être séduisant.

La dernière fois que Guillermo del Toro s’amusait a titiller notre esprit d’enfant perdu, ce fut avec le brillant Labyrinthe de Pan. Cette plongée effrayante dans la dictature franquiste des années 40, ces quelques plans où la peinture de Goya prenait forme, et surtout cette intelligence dans le regard firent du Labyrinthe une œuvre immensément riche. On avait donc de quoi frémir en apprenant que le cinéaste reprenait son personnage farfelu et diaboliquement solitaire en la personne d’Hellboy, reniant pour un temps certain sa vision fantasmagorique d’un monde trop familier.

 

Cette suite est plus éprouvante, plus ludique et légèrement décalée. Le volet 1 avait le mérite de valoriser une direction artistique dans laquelle Del Toro s’en donnait à cœur joie. De l’imagination débordante à une volonté accrue d’émerveiller, il n’y avait qu’un pas et Del Toro le franchit haut la main sans se soucier, malheureusement, de ces quelques bases fondamentales qui constituent un film correct. Scénario léger comme l’élan d’Hellboy, mise en scène lourdaude et surtout interprétation introvertie. Il y a toujours ce plaisir de retrouver Ron Perlman dans le rôle du balourd rouge sang et sa queue en califourchon, toujours le sourire aux lèvres en écoutant les remarques intelligemment savoureuses de ses collègues et toujours l’œil aux aguets, furetant ici et là dans des couloirs dont del Toro a encore le secret. Mais, très vite, on sent que tout ce petit monde s’ennuie dans cette surenchère visuelle, en particulier le réalisateur qui préfère ses personnages secondaires (des trolls, des lutins, des freaks en somme) à son grossier protagoniste. A oublier très vite !

Titre original : Hellboy II les légions d'or maudites

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 119 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet chez Carlotta. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet chez Carlotta. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…