Select Page

Café de Flore

Article écrit par

Une bande-son exceptionnelle qui rythme un film ambitieux où Jean-Marc Vallée réaffirme son talent à sculpter ensemble musique et images.

Jean-Marc Vallée a la particularité de savoir donner dans ses films un vrai rôle à la musique. On l’avait constaté notamment dans C.R.A.Z.Y (2006), où les spectres des Pink Floyd, des Rolling Stones ou de David Bowie planaient entre promenades en moto et fumages de pétard en cachette… Café de Flore n’échappe à la manie du réalisateur : le récit, le montage… tout est ordonné en fonction de la musique jusqu’à être à deux doigts de noyer le film sous trop d’effets sonores. Cependant, la symbiose opère et Vallée confirme son talent à sculpter images et sons pour un résultat captivant.

Ses choix sont ambitieux et le début du film peut laisser dubitatif. Deux (voir trois au départ) histoires et deux époques : Montréal, aujourd’hui, un homme file le parfait amour avec une femme tandis que son ex-épouse n’arrive pas à l’oublier. Paris, début des années 70, une femme décide de sacrifier sa vie pour élever son enfant trisomique et n’accepte pas de partager avec une autre l’amour de son fils. On s’y perd, mais peu à peu, le cinéaste pose ses jalons et les connexions se font entre les deux histoires pour que finalement les deux fils narratifs se rejoignent entre la métaphore et le rêve.

Ces deux temporalités cohabitent en harmonie grâce donc à l’utilisation subtile de la musique. Hypnotique, lancinante, elle rythme Café de Flore du début à la fin. Jean-Marc Vallée lui donne une vraie fonction dans son récit, celle de relier des êtres qui s’aiment. La première accroche entre les deux récits se fait par un morceau qui donne son titre au film : « Café de Flore ». Ce titre hante l’esprit d’Antoine, le dj montréalais, lui rappelle son ex-femme, alors qu’il fait danser Laurent, l’enfant trisomique, dans son école parisienne au début des années 70. Cet hymne devient le cœur du récit grâce à son utilisation sous deux versions différentes : la Big band et l’électronique.

Jean-Marc Vallée rappelle également qu’il n’est pas seulement un bon metteur en musique, mais aussi un bon réalisateur. Sa manière de filmer est soignée, emprunte de poésie, sans jamais être précieuse. A ceci, il faut ajouter qu’il a de très bonnes idées de mise en scène, comme dans cette scène au début où à l’aéroport, Antoine s’éloigne de dos alors que peu à peu le focus se fait sur un groupe d’enfants trisomiques, le tout sur le morceau « Breathe » des Pink Floyd. On ne comprendra le rapprochement qu’à la fin du film.

Enfin, le casting est également à félicité, le cinéaste ayant su s’entourer d’acteurs livrant ici d’excellentes performances. Vanessa Paradis surtout, loin très loin des rôles auxquels elle est habituée, est bluffante en mère aimante, forte, dénuée de toute forme de séduction. Les autres protagonistes sont moins connus car canadiens, mais tous aussi bons. Kevin Parent, le chanteur, est aussi viril que perdu entre la lumineuse Evelyne Brochu et l’ex-explorée Hélène Florent.

Le résultat final, déroutant, peut être déstabilisant. Café de Flore est en tout cas un petit bijou onirique où Jean-Marc Vallée fait le portrait de l’amour en musique plutôt qu’en image. Un genre de cinéma auquel, on n’est pas tellement habitué.

Titre original : Café de Flore

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 120 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Stella Dallas

Stella Dallas

Barbara Stanwyck délaisse les rôles juvéniles et provocateurs des débuts pour un magnifique portrait de mère dans un somptueux mélodrame.