Select Page

Bled number one

Article écrit par

Un jeune algérien revient au pays. Curieux, solitaire, il parcourt les allées de son village natal en espérant retrouver de l´espoir. La chute sera mortelle. Le plan séquence qui ouvre le second film de Rabah Ameur-Zaimeche est hypnotique. Une caméra qui pénètre dans un village isolé, des badauds curieux de découvrir cet étranger, un soleil […]

Un jeune algérien revient au pays. Curieux, solitaire, il parcourt les allées de son village natal en espérant retrouver de l´espoir. La chute sera mortelle.
Le plan séquence qui ouvre le second film de Rabah Ameur-Zaimeche est hypnotique. Une caméra qui pénètre dans un village isolé, des badauds curieux de découvrir cet étranger, un soleil de plomb qui heurte la sensibilité de ces âmes égarées et le spectateur avide d´en savoir plus. Tout est dit dans cette séquence, le cinéaste filme ce qu´il découvre et son film sera placé sous le signe de la curiosité.

Deux étapes, deux histoires, deux personnages viennent hanter ce film.
Il y a d´abord Kamel. Il revient de France. Le mot << expulsion >> ne sera jamais prononcé. L´Algérie est la terre ensanglantée de ces origines et il n´est en pas peu fier. Les années de guerre civile sont encore dans les mémoires. Les esprits du terrorisme sont des derviches tourneurs qui embrasent les plaines de ce Far-West désertique. Kamel le devine, le ressent mais n´en souffle pas un mot. Les traditions se découvrent devant lui, les relents amoureux se dévoilent sous son regard discret et la folie des corps se matérialise sans crier gare.
Cet homme aux deux statuts (étranger et autochtone) promène sa solitude dans les recoins de ce village qu´il ne reconnaît plus. Fardeau pour les uns (incompréhension et rejet des villageois), accalmie pour les autres (Louisa, sa cousine belle et aimante), Kamel glisse quelques regards vers des territoires perdus (L´Algérie de son enfance), des zones dangereuses (l´intégrisme religieux), des rites complexes (les traditions familiales). L´Algérie dans son immense contradiction lui offre un cadeau empoisonné, son microcosme effrayant. Kamel se résigne à l´accepter.
Puis Louisa, qui veut faire de la chanson son métier, rejetée par un mari bureaucrate, ignoble et arriviste. Elle a tout perdu, son fils, sa dignité et sa famille. Elle ne peut qu´errer, emportant sa folie destructrice dans ses bras, fuyant cette société lourde et aveugle. On la retrouve à Constantine dans un hôpital psychiatrique (le même qui servit de décor à Malik Bensmaïl pour Aliénations). Elle respire de nouveau, défait le noeud de ses cheveux, pleure beaucoup et renaît. La musique, passion interdite, l´emmène vers une promenade solitaire (très belle séquence de concert).

Sociologue de formation, Ameur-Zaimeche plante un décor qui lui permet de découper au scalpel toute une géographie humaine qu´il redécouvre en la filmant. Vérité de l´instant présent, vérité d´un cinéma que l´on peut contempler, caresser et s´approprier. Passeport pour un état des lieux, possibilité infinie de se faire une idée sur ces représentations, liberté de mouvement. La parole cède la place à l´imaginaire. Très peu de discours, des voix, des regards, le vent qui se lève, balayant les rues poussiéreuses et Kamel, corps malade qui ne peut contenir sa folie, sa colère et qui doit partir. Le droit que propose Ameur-Zaimeche, c´est de réfléchir sur ce que l´on voit. Dessein noble et courtois car humaniste.

Ameur-Zaimeche compose un personnage qui se tient à l´écart de ces rites, observant silencieusement un environnement dégradant qui se borne à rester sur ses positions féodales. D´où une violence dissipée mais qui peut exploser à tout moment. L´auteur filme ce déséquilibre avec beaucoup de lucidité et de respect. Les quelques séquences du quotidien villageois sont traitées sous un aspect typiquement documentariste. Sociologie des corps, réinventant une démographie qui lui permettrait d´élargir son champ de vision, Ameur-Zaimeche filme une Algérie représentée dans toute sa splendeur (alchimie parfaite entre la chaleur humaine et la contemplation naturelle) et dans sa médiocrité (répudiation de la femme, injustice sociale et intégrisme ambiant). Le cinéaste conclut son film sur l´agressivité qui pollue l´air algérien amenant ses propres enfants à quitter définitivement leur terre pour un Eldorado utopique.
Contrairement à ses confrères coléreux qui scrutent l´Algérie avec beaucoup trop de démagogie (Al Manara de Belkacem Hadjadj ou L´Autre monde de Merzak Allouache), Ameur-Zaïmeche laisse parler le silence. En parfait cinéaste, il oriente son road-movie vers des sentiers perdus ou l´onirisme a posé ses armes. Véritable terre d´accueil, son film nous entraîne vers des images que l´on croyait perdu à tout jamais (le rituel du taureau égorgé), vers une réflexion subtile (jamais le mot terrorisme est exprimé) et vers un érotisme romantique (les scènes de plages).

Film libre et bagarreur, Bled Number One est une expérience sensorielle qu´il faut revoir une seconde fois pour mieux cerner la détresse d´un pays en mal d´identification, en mal de cinéma !

Titre original : Bled number one

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.

Où est la liberté?

Où est la liberté?

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…