Select Page

Bacurau

Article écrit par

Déception cannoise.

Kleber Mendonça Filho s’est fait connaître au public international avec deux films fort remarqués, Les Bruits de Recife en 2012 et Aquarius en 2016 et il n’est que de constater la standing ovation à la fin de la projection de son film à Cannes pour deviner la suite de sa carrière. Ce film brésilien, entre fiction et documentaire, est coréalisé avec Juliano Dornelles qui réalisa un film un peu moins connu en 2011, Mens Sana in Corpore Sano. Leur dernier film, Bacurau, bien trop long et bien trop lent, met des heures à démarrer de manière fort poussive enchaînant des séquences humoristiques, trash et tendance sur fond d’écologie et de divers fantasmes comme le travestissement qui traînent dans la plupart des films actuels qui veulent un peu épater les bourgeois. Quelques plans, malgré leur étirement dans le temps et l’espace grâce, entre autres à l’objectif anamorphique, étonnent mais ne dérangent pas sauf que le spectateur, un peu perdu, voire agacé, passe plus de temps à comprendre le sens de ce film foutraque qu’à voir des images et à apprécier une histoire.

 

 

Finalement, lorsqu’on a compris que Bacurau qui louche vers Tarantino pour l’hémoglobine et Bunuel parfois pour la description d’un village de manière quasi surréaliste, n’est qu’une métaphore de la situation politique et sociale au Brésil, on est en droit d’être quand même déçu car le malheur qui guette notre monde sur le plan écologique et sur le plan culturel mériterait sans doute un peu plus de sérieux dans son traitement. S’il est vrai qu’on peut rire de tout, il faut quand même que cela soit fait de manière fort intelligente et subtile, il n’en est rien tant on a l’impression que les réalisateurs avancent avec leurs gros sabots, puis piétinent sans trop savoir où aller. Car, en effet, le film pèche aussi un peu par son scénario, lui aussi écrit, ainsi que les dialogues, par le tandem de réalisateurs. C’est en fait un film plein de bonnes intentions, mais tellement maladroit dans ses dialogues, et quelque peu indigeste par les situations, qu’il représente tout ce qui est une vraie fausse idée, un peu l’archétype du film pensé pour Cannes avec un pointe d’érotisme, une toute petite dose d’humour, beaucoup d’engagement mais peu d’idées en fait. Du coup, ce ne serait pas si étonnant qu’il obtienne facilement un prix puisque, comme une mauvaise recette de cuisine, il a tout pour vous filer une indigestion. En revanche, ne comptez pas sur l’auteur de ces lignes pour vous le divulgâcher, de bonnes âmes s’en chargeront sans doute.

Réalisateur : ,

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 132 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.