Avant l’aube

Article écrit par

Raphaël Jacoulot réalise un très bon polar dont la principale force réside dans la qualité d´interprétation des acteurs principaux et l´efficacité de la mise en scène. Des atouts qui font oublier le classicisme du scénario et le label << made in France >> dont est victime le personnage de Sylvie Testud.

Certains réalisateurs parviennent, par leur seul talent de metteur en scène, à entourer leur film d’une certaine aura dont les effets se font ressentir au fur et à mesure que le spectateur oublie l’histoire principale au profit des personnages. Bagdad café de Percy Adlon est à ce titre un très bon exemple : le type de film dont on loue prioritairement les qualités techniques, la profondeur psychologique des personnages, la relation qui les unit…

Tout cela résume assez bien l’impression générale qui se dégage de Avant l’aube : presque aucune innovation scénaristique à déclarer mais un travail intéressant mené autour des personnages (avec en tête d’affiche un Jean-Pierre Bacri fidèle à lui-même et un très convaincant Vincent Rottiers).
La mise en scène efficace et maîtrisée de Raphaël Jacoulot permet ainsi de suivre avec intérêt les différentes évolutions psychologiques des principaux protagonistes.

Mais un élément dans ce film attire surtout l’attention d’une manière moins condescendante : le personnage de Sylvie Testud. Plus particulièrement la façon dont les traits caractéristiques de son personnage sont « forcés ». A l’image de son allure et son comportement désinvolte (un ensemble vestimentaire aux couleurs de l’arc en ciel, une façon trop « mémère » de parler à son chien, de glisser et tomber grossièrement par terre en éparpillant ses dossiers…), à quoi il faut ajouter une manière, peu commune pour un inspecteur, de mener son enquête avec si peu de rigueur et d’organisation (pas de stylo pour prendre des notes…).

Etait-il vraiment nécessaire d’ajouter de tels signes distinctifs, si pittoresques soient-ils, pour convenir au spectateur et lui rappeler que l’on est bien dans un film « français » ?


Titre original : Avant l'aube

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.