3 Amis

Article écrit par

Claire, César et Baptiste sont amis depuis l´enfance. Après une assez longue période d´absence, ils se retrouvent pour s´épauler. Claire, née sous X tente de combler un grand vide en retrouvant sa mère biologique ; César n´a pas été aimé de ses parents et Baptiste les a perdu étant jeune. Après le satisfaisant Père et […]

Claire, César et Baptiste sont amis depuis l´enfance. Après une assez longue période d´absence, ils se retrouvent pour s´épauler. Claire, née sous X tente de combler un grand vide en retrouvant sa mère biologique ; César n´a pas été aimé de ses parents et Baptiste les a perdu étant jeune. Après le satisfaisant Père et Fils, Michel Boujenah, livre avec Trois amis, écrit en binôme avec Pascal Elbé, une comédie en demi-teinte et sans grand suspens.

La première surprise s´avère être le titre. En quoi Trois amis reflète l´intense amitié qui unit à la vie à la mort ? Le titre n´est pas significatif du film. Le seul indice le justifiant se trouve dans la morale << bateau >> et le pitch : les amis sont toujours là, pour énerver ou réconforter. Mais là où César et Rosalie retranscrivait avec intelligence, ironie et ambiguïté l´amitié, Trois amis se contente de reprendre les rouages de la comédie classique (le trio, le film en triptyque, amour et méchanceté, …) en y insérant des situations burlesques pour plaire au plus grand nombre. On est satisfait de ce mélange entre sérieux et drôlerie (offrant à Kad Merad des scènes hilarantes) mais restons perplexes devant un scénario plat et des sentiments préfabriqués. Alors qu´on attend d´un film intitulé Trois amis à un portrait aux relations humaines attendrissantes et aux péripéties bouleversantes, Michel Boujenah ne surprend pas. On est devant un trio d´êtres humains banals qui cherchent inéluctablement – encore une fois – de combler un vide affectif.

Et les déceptions continuent ! A la place de répliques piquantes à la Woody Allen, Pascal Elbé et Michel Boujenah s´inscrivent dans le politiquement correct ridicule. Les échanges entre personnages sont par exemple ponctués d´un << Tigrou et Grominet >> ou d´une << Cosette >> sans oublier la symbolique des << Trois Mousquetaires >>. Est-ce l´effet campagne présidentielle ou le naïf principe du film populo-intello ?

On s´en sera douté, l´histoire est maîtrisée de bout en bout, c´est-à-dire trop. On est face à des personnages cloisonnés dans une intrigue sans ressorts. Aucune des trois ne prend le pas sur le scénario pour s´en détacher et nous emporter dans un élan de liberté, de rire et de sensibilité. Les images sont quant à elle clichées. On n´échappa pas au plan réunissant les trois amis soudés par les difficultés, filmé sur une musique complaisante et s´ouvrant sur un plan large. On devrait sortir nos mouchoirs et applaudir ?!

On rit de bon coeur sur le moment, mais que reste t-il des dialogues et des scènes qui ont fait les cultissimes Bronzés (attention les deux premiers …) ou de la puissance émotionnelle d´un Yves Montand et d´une Romy Schneider. On s´interroge encore. Enfin, les fans de Mathilde Seigner seront comblés. Bagou, allure éternelle bonne copine, franc-parler et spontanéité sont au rendez-vous mais avec un peu plus de retenu. C´est ce personnage qui est le plus agréable pour le spectateur, dégageant plus d´intérêts.

Trois amis n´est ni un bon ni un mauvais film, mais juste une comédie estivale légère et stéréotypée qui aurait pu être un peu plus creusée.

Titre original : 3 Amis

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.