Un Beau soleil intérieur

Article écrit par

Fragments de la vie d’une femme amoureuse.

Le dernier film de Claire Denis détonne dans sa filmographie, par la différence de ses registres, sa légèreté, sa drôlerie. Son titre, Un beau soleil intérieur, vient marquer cette bifurcation, sa chaleur tranchant avec la noirceur dérangeante de son précédent long métrage, sobrement baptisé d’un significatif Les Salauds (2013). Son héroïne, Isabelle (Juliette Binoche), artiste divorcée d’une cinquantaine d’années, n’a pas la persistance rêche et implacable du personnage d’Isabelle Huppert dans le magnifique et terrible White Material (2010), prête à tout pour maintenir à flot sa plantation de café. Isabelle possède en revanche une persistance bien à elle, celle qui l’a fait avancer toujours plus à la recherche de l’Amour, qu’elle chérit comme un absolu inébranlable, et ce malgré des rencontres qui s’avèrent souvent désengagées et décevantes.
 


D’homme en ellipse/ D’ellipse en homme

Ainsi, Isabelle guette « un vrai amour », celui qui ne s’étiolera pas dans les bras d’un homme marié (Xavier Beauvois) qui la voit et le contacte quand bon lui semble, tel un bien de consommation, dans une attitude d’inconséquence et de déconsidération crasse. Ni encore celui qu’elle aurait pu trouver en la personne d’un acteur (Nicolas Duvauchelle), fuyant et confus, faisant un pas en avant, puis un pas en arrière ; ou encore cet individu bourgeois (Philippe Katerine) rencontré à la poissonnerie, cherchant à l’attirer comme dans les filets présentés sur l’étal, parce qu’il a « une maison dans le Lot ». Les hommes qu’elle rencontre sont englués dans leurs atermoiements, toujours davantage prêts à filer, comme le film file d’ellipse en ellipse, se déchargeant d’étoffer une relation en particulier, au profit du « fragment » de la rencontre, comme une succession de saynètes, éclatements et réflexions sentimentaux inspirés à la cinéaste par le bel ouvrage de Roland Barthes Fragments d’un discours amoureux (1977). Ce qui ne s’échappe pas et donne sa matière au long métrage, c’est l’engagement affectif d’Isabelle, la sincérité de sa personne, prête à donner encore et toujours, ouverte et poreuse à l’autre.
 


La logorrhée face à l’in-carnation

Juliette Binoche, peau douce et lumineuse, campée dans de conquérantes cuissardes, des mini-jupes vernies et un blouson de cuir, est l’incarnation d’Un Beau soleil intérieur, en jeu comme en corps, voix intérieure qui déborde, directe et vivante, beau portrait de femme et seule présence tangible face à des hommes qui se jouent des mots, de l’engagement d’une parole (ainsi du « je t’admire, (…) tu es une femme extraordinaire » que lui dit le banquier, provoquant un malaise, devant son aisance à employer des mots forts sans y injecter le sens à leur hauteur), d’une logorrhée qui ne vaut que pour elle-même, de l’instant, avec ses caractéristiques sociales, son automatisme désincarné. Un Beau soleil intérieur échappe de peu à son accoutrement bourgeois (une artiste parisienne, qui n’a pas d’autres aléas que ceux des sentiments), mais opère un décalement de son personnage dans son milieu, qui permet d’éviter un marivaudage sentimento-social agaçant. « Tout est à vous » criera Isabelle en colère à un groupe de galeristes et d’artistes admirant un paysage de campagne désert. Tandis qu’Isabelle a le désir pour elle, en elle, sa fulgurance (se rapprochant d’un autre film de Claire Denis, Vendredi soir –1999) offrant une authenticité pleine et généreuse, une flamme jamais éteinte, qui rend le film, malgré ses successions de séquences d’amour éconduit et de lâcheté humaine, très agréable à vivre, tout entier qu’il est.

Titre original : Un Beau Soleil Intérieur

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.