Select Page

Tirez la langue, Mademoiselle

Article écrit par

Un film navrant, bourré de bons sentiments jusqu’à l’overdose. C’est grave comment, docteur ?

Le quartier chinois de Paris, Boris et Dimitri Pizarnik, deux frères médecins inséparables à la ville comme au boulot, un triangle amoureux explosif emmené par Judith, leur patiente élevant seule sa petite fille diabétique. Si le cadre de Tirez la langue, Mademoiselle n’a a priori rien d’original, il n’a rien non plus de particulièrement repoussant. Il y aurait même de quoi faire, entre ces deux frères dont la relation fusionnelle est mise à mal par une rivalité amoureuse et Judith, dont le personnage permettrait de porter un regard sur la dénucléarisation de la cellule familiale.

Malheureusement, l’espoir s’envole dès les premiers instants. Il faut se rendre à l’évidence, on décroche très vite. Alors bon, on pourra passer outre cette volonté sans faille de sublimer le XIIIe arrondissement de Paris – la photographie irréelle déformant la réalité de ce quartier certes vivant mais somme toute assez terne -, on pourra également excuser les acteurs – ils y mettent probablement toute leur meilleure volonté -, car c’est bien l’histoire en elle-même et les personnages qui laissent beaucoup plus dubitatifs. Il y a tout d’abord ces deux frères médecins, dont le portrait est brossé de manière ridicule, avec overdose de bons sentiments. À ce niveau, ce ne sont plus des bons sentiments, ce sont des tocs… Médecins parfaits, dont les patientes tombent toutes amoureuses, ils sont adulés par le tout le quartier chinois. Mais voilà, Louise Bourgoin déboule et les chamboule. Nos deux frères tombent amoureux et troquent leur blouse pour un coup de blues. Sérénade à trois et règlement de comptes, c’est le drame, le gros mélodrame même quand l’ancien compagnon de Louise Bourgoin entre en scène. Cette dernière incarne une femme un peu paumée mais courageuse, qui refuse la fatalité et surtout, qu’on ait pitié d’elle. Et si certaines personnes pensent qu’elle est une mère indigne, eh bien qu’ils la laissent tranquille, elle fait comme elle peut. Elle aime sa fille, c’est le plus important. Il lui manque simplement quelqu’un qui l’aime, elle, quelqu’un qui prendra soin d’elle, car malgré son caractère épineux, elle est aussi fragile qu’un pétale de rose.

 
Bref, Tirez la langue, Mademoiselle affiche ses lacunes à chaque séquence ou presque. Des personnages artificiels, un récit mis sous tension de manière artificielle, des rebondissements artificiels, des émotions artificielles… « C’est grave docteur ? » Non, ça fait mal sur le moment mais ça passe vite : pas de séquelles à dose légère, mais éviter la surexposition bien entendu.

 

 

Titre original : Tirez la langue, Mademoiselle

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 102 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.