Piranhas . Sortie Blu-Ray chez BQHL

Article écrit par

Des milliers de petits carnassiers bien plus impitoyables que Jaws. Un Joe Dante saignant comme on l’aime.

Une rivière proche d’un centre de loisir est en proie à une meute affamée de poissons carnivores, les autorités sont débordées, la terreur devient incontrôlable face à un phénomène contre-nature, la parenté avec Les Dents de la mer (Steven Spielberg, 1975)  nous saute immédiatement  en pleine figure. Malicieusement, Joe Dante transforme ce parallèle en sa faveur par des petits clins d’œil (ir) révérencieux dont le plus provocateur consiste à faire du titre de Spielberg un bénin petit jeu d’arcade. Les deux réalisateurs ont le même âge, mais Dante ne joue pas dans la même cours d’école que le grand faiseur de rêves hollywoodien. Dans la grande tradition de son producteur, Roger Corman, l’horreur est avant tout un spectacle qui ne doit pas ménager ses effets et encore moins servir de parabole. Après une introduction où un couple se fait dépecer dans une atmosphère d’épouvante – brume et pleine lune -, la mise en place des enjeux, un duo de lanceurs d’alerte (Bradford Dillman, Heather Menzies) face aux manœuvres et à l’incurie du gouvernement, toutes les palabres inhérentes au sujet tourneront court. Survival sur un radeau de fortune qui prend des airs de Délivrance (John Boorman, 1972),  lorsqu’un avant bras ensanglanté  surgit de l’eau, un carnage rapidement exponentiel, le petit musée des horreurs se déploie sur un rythme de train fantôme.

Pour Joe Dante comme pour John Landis, un autre garnement de cette génération, l’épouvante possède l’énergie débridée du Rock and Roll. Dans Piranhas comme dans Le loup-garou de Londres (joyau de John Landis, 1981), on prend le Monstre très au sérieux – ce dernier ne donnant pas sa part au chien – tout en multipliant les Private Joke. Preuve, si nécessaire de la culture et du respect du genre, Dante invite un Kevin McCarthy exorbité , tout droit sorti de L’invasion des profanateurs de sépultures (Don Siegel, 1956)  et une toujours aussi envoutante Barbara Steele (Icône du fantastique, chez Mario Bava notamment), pour incarner deux scientifiques pas très rassurants. Mais Dante n’est pas qu’un très efficace relayeur des traditions sanglantes du cinéma de genre, son appétence pour les petites créatures en font un marionnettiste au sadisme salutaire. Bien avant ses célébrissimes Gremlins (1988) ses piranhas de laboratoire – dans les quelques scènes où le plaisir nous est donné de les apercevoir dans leur entièreté – sont délicieusement maléfiques. Des inexpugnables Smalls Soldiers (1988), avant l’heure. Plus la panique devient incontrôlable, plus la mise en scène devient jubilatoire. Dans l’apothéose finale, une fête qui tourne au vinaigre pour son organisateur vénal, les veines viennent, grâce à l’ingéniosité des situations et des angles de vue, abondamment colorer l’eau déjà  impure du lac. Violemment agressés, les enfants s’en tirent néanmoins tous sains et saufs.  Les situations aquatiques offrent de belles opportunités de bikini voire moins de tissu, si possible. Le jubilatoire Piranha 3D (2010) d’Alexandre Aja a trouvé ici la meilleure des inspirations. Des petites bébêtes de cette nature on en redemande à chaque époque. On peut également vous conseiller de replonger dans La quatrième dimension (1983) qui réunit Dante/Landis/ Spielberg et George Miller,  belle réunion des voies empruntées par le fantastique et l’épouvante dans le Hollywood des eighties.

Piranhas . Sortie Blu-Ray chez BQHL

 

 

 

Titre original : Piranha

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre : ,

Pays :

Durée : 94 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).