Select Page

Philippe de Broca

Article écrit par

A l’occasion de la sortie du livre « Philippe de Broca, un monsieur de comédie » ce Coin du cinéma est consacré à l’un des plus virevoltants cinéastes français.

Philippe de Broca est une des personnalités les plus singulières du cinéma français, qui réussira à déployer un univers aussi original qu’inventif, particulièrement durant les années 60/70. Il est de la même génération que les jeunes turcs de la Nouvelle Vague dont il emboite partiellement le pas (le sujet de son premier film Les Jeux de l’amour partant d’une même base que Une femme est une femme de Jean-Luc Godard) et même certaines préoccupations avec cette jeunesse gaullienne aspirant à un ailleurs moins contraint. De Broca se situe à la fois sur une veine plus accessible et populaire et l’aspect bricolé de la Nouvelle Vague, cet entre-deux se jouant selon les films avec la grosse production Cartouche ou le trépidant L’Homme de Rio. Cette dichotomie se joue également dans le choix de ses doubles cinématographiques, qui illustrent chacun à leur manière la quête d’un ailleurs insouciant baigné de fantaisie. Jean-Pierre Cassel représente ce qu’il est, espiègle, séducteur mais aussi fragile dans les superbes Le Farceur et L’Amant de cinq jours. Jean-Paul Belmondo représente quant à lui l’idéal gouailleur, bondissant et irrésistible que de Broca aimerait être, une idée génialement conceptualisée dans Le Magnifique. Un monde s’abandonnant aux plaisirs de la vie, à l’excentricité sans entrave constitue l’idéal de ce grand mélancolique qui en fait la profession de foi de son chef d’œuvre Le Roi de cœur. L’échec de ce film fut une de ses grandes peines, même s’il en donnera un pendant plus « français » et accessible avec l’excellent Le Diable par la queue. L’inspiration de Philippe de Broca se fera plus inégale lors des décennies suivantes avec néanmoins encore des réussites notables comme Le Bossu. Incontournable et inimitable, Philippe de Broca est un grand.

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à Peter Bogdanovich !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.