Select Page

Paulette

Article écrit par

Comédie paresseuse et bâclée, « Paulette » gâche totalement un sujet qui n’était pourtant pas dénué d’intérêt.

Paulette a pour cadre une cité HLM minée par le trafic de drogues. Bernadette Lafont campe Paulette, une vieille dame résidente de ce quartier. Des images d’archives au début du film évoquent sa vie passée de pâtissière. Paulette est désormais veuve. Elle est devenue une grand-mère aigrie, odieuse et pingre. Ouvertement raciste, également. Elle ne peut pas saquer son beau-fils, un flic noir, et pas davantage son petit-fils, un jeune garçon pourtant plein de bonne volonté dont elle a parfois la garde. Or, Paulette est criblée de dettes. Sa maigre retraite ne lui permet pas de faire face à ses impayés. L’usurier menace. Ses meubles sont confisqués. Observant du trafic de cannabis en bas de son immeuble, Paulette envisage de se lancer dans ce commerce juteux. Après tout, les flics ne suspecteront jamais une grand-mère, et son profil peut rassurer les clients. Tout ne sera pas si facile, mais en fin de compte, Paulette percera dans le milieu…

Pour cette comédie à forte connotation sociétale, le réalisateur Jérôme Enrico se serait inspiré d’une histoire vraie. Peut-être lui et ses trois scénaristes se sont-ils sentis protégés par une telle caution, et ne se sont-ils pas souciés un seul instant de donner un minimum de vraisemblance, ou de manière plus fondamentale, la moindre consistance aux péripéties et à la psychologie des personnages – au point que c’en devient embarrassant, avant tout pour des actrices souvent riches d’une carrière prestigieuse (outre Bernadette Lafont : Carmen Maura, Dominique Lavanant, Françoise Bertin…). On a honte de le dire, mais lorsque Paulette se fait tabasser par une bande de racailles, on ne ressent aucune indignation, aucun malaise, face au spectacle filmé avec insistance de cette petite vieille rouée de coups par plus forts qu’elle. La scène n’a rien de drôle ou d’intense mais elle fait impression. On est choqué de ne pas être choqué. C’est dire à quel point la paresse et la facilité peuvent verser, à leur insu, dans une inconséquence qui vire à l’ignoble.

Le sujet était casse-gueule mais virtuellement passionnant, ancré dans des réalités humaines, sociales, économiques, qui par le filtre de l’humour auraient pu en dire beaucoup sur une certaine France d’aujourd’hui. Mais en définitive, le seul trait remarquable de ce film rance est que la fausseté de chaque scène accomplit l’exploit de renchérir sur la précédente, dans une sorte de crescendo pathétique. D’où un résultat terriblement informe. Serait-il vraiment méchant ou tendre, populo ou subversif, drôle ou choquant, ce film aurait pu être sauvé en partie, mais à côté de Paulette, même Tatie Danielle (1990) d’Etienne Chatiliez devient un modèle de finesse, et Crédit pour tous (2011) de Jean-Pierre Mocky, avec Arielle Dombasle, fait presque figure de bon film… Tout est dit.

Titre original : Paulette

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.