Select Page

Ouverture du Festival Lumière 2010

Article écrit par

Ouverture le 4 octobre prochain de la deuxième édition du festival Lumière de Lyon. Au vu du programme et des invités, plus prometteur que jamais.

Milos Forman remplace Clint Eastwood en tant qu’invité d’honneur et le Festival Lumière de Lyon se prépare pour sa deuxième édition après la belle réussite de l’année dernière et ses 50 000 billets vendus. Du 4 au 10 octobre, près de 70 films disséminés dans tout le Grand Lyon s’offriront au public par le biais de 170 séances. Depuis la rue du Premier-Film, où fut tourné le premier film des frères Lumière et où se trouve aujourd’hui l’Institut, c’est tout un pan de l’histoire du cinéma qui s’échappe et ne demande qu’à trouver son public.

Loin d’embrasser une démarche passéiste, le festival tend, comme l’année dernière, à ancrer le cinéma qu’il propose dans l’instant. Semblant promettre à chacun des films présentés, d’exister comme s’ils sortaient en salle pour la première fois. De l’ouverture avec Chantons sous la pluie en présence de Stanley Donen, à la clôture par Claudia Cardinale et la présentation du film Le Guépard de Visconti dans une nouvelle copie restaurée, tout le programme s’articule autour de cette volonté de faire découvrir, ou redécouvrir une certaine histoire du cinéma avec un regard neuf. Qu’il s’agisse aussi bien d’œuvres marquantes, que de films oubliés, se faisant rares sur grand écran ou à la télévision.

Milos Forman
L’intégrale de l’œuvre de Luchino Visconti en copies restaurées ou neuves, quatorze films de Milos Forman, le cinéma d’un réalisateur français oublié Raymond Bernard, cinq chefs-d’œuvre du giallo réalisés par Dario Argento dont Ténèbres et Phénomena présentés par le maître, des raretés U.S. (Five Easy Pieces, Point limite zéro…), des monuments restaurés (Psychose, Rosemary’s Baby…), la liste est trop longue pour être énumérée entièrement. Si l’on rajoute à cela une "Nuit de la comédie américaine", des films de Frank Borzage visibles sur grand écran avec accompagnement musical, et des invités innombrables, allant de Jim Harrison à Pierre Schoendoerffer en passant, entre autres, par Agnès Varda, Benoît Delépine ou encore Costa-Gavras, il flottera à Lyon du 4 au 10 octobre comme un léger parfum de septième art. Le rendez-vous est pris.

    
 
    

Pour plus d’informations concernant les horaires des scéances ainsi que le programme, le site ici:
www.lumiere2010.org/


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…