Select Page

Nahid

Article écrit par

Un film engagé et attrayant, miné par un scénario trop démonstratif.

Après quatre courts métrages et deux documentaires, Ida Panahandeh signe avec Nahid un premier long engagé. Le personnage éponyme est une jeune divorcée, qui s’occupe seule d’Amir Reza, son fils de dix ans aussi intelligent que pénible, et tente avec peine de joindre les deux bouts tout en repoussant les avances de son ancien mari Ahmad. La loi iranienne prévoit qu’une femme qui se remarie après une séparation perd automatiquement la garde au profit du père. Or Nahid est amoureuse de Masoud, un riche veuf qui souhaite l’épouser pour mettre fin aux ragots qui circulent dans cette petite ville côtière. La solution pour eux est donc de recourir au mariage temporaire, permis par l’islam chiite mais largement réprouvé socialement. Cette intrigue est portée par de bons acteurs, dont Sareh Bayat – déjà remarquée dans Une Séparation (Asghar Farhadi, 2011) – et le duo formé par Amir Reza et son père Ahmad n’est pas sans rappeler celui du Kid (1921) de Chaplin. Tous sont mis en valeur par une réalisation soignée, qui offre quelques bonnes idées, comme l’utilisation des caméras de surveillance de l’hôtel pour renvoyer le spectateur à une position de voyeur.

En dépit de ces qualités, Nahid ne parvient pourtant pas à convaincre. Le film souffre d’abord d’un problème de rythme : faute de réelle évolution dans les relations entre les personnages, l’intrigue ne progresse que dans son dernier tiers. Les bonnes intentions de la réalisatrice s’enferrent dans un scénario assez prévisible, trop porté sur le pathos, entretenu par des artifices comme une scène de règlement de comptes subi par Ahmad qui n’apporte rien à l’intrigue.
L’absence de recul dans la mise en scène de cette oppression – soulignée par une atmosphère grise et nuageuse – est regrettable. Contrairement à Une Séparation, qui parvenait à créer une tension dramatique basée sur la dissimulation et le mensonge, tout est ici très direct. La thèse initiale n’est jamais dépassée et enlève tout charme à la narration puisqu’elle s’appuie sur des personnages caricaturaux pour illustrer un propos que les dix premières minutes auraient suffi à exposer : à Nahid accablée et soumise en permanence à des choix extérieurs (de sa famille, de son mari, des instituions locales) s’oppose Ahmad, ex-drogué violent et impulsif.

A tel point qu’on peut se demander si la cause des femmes iraniennes est vraiment servie par ce film, où un personnage principal relativement indécis et vénal (« l’argent te brûle les doigts », remarque son amie ; « comment as-tu pu dépenser 1,5 million en deux mois ?», demande son mari) semble reprendre certains clichés misogynes. Le beau rôle revient finalement à Masoud, amant attentionné et riche, toujours calme. Un honnête homme respectable qui préfère tout de même que sa femme arrête de travailler, et reste à la maison pour cuisiner un poulet au riz à sa fille.

Titre original : Nahid

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.