Ma meilleure amie, sa soeur et moi

Article écrit par

Un titre long et justifié car présentant exactement ce qu’il y a dans le film. Rien de plus.

Avec une maison en campagne, trois comédiens et un vélo, on peut faire un film. Avec Emily Blunt, Rosemarie Dewitt et Mark Duplass, devant la caméra de Lynn Shelton (Humpday, 2009), vous obtenez une comédie dramatique indé à l’intrigue légère, plaisante à suivre mais oubliable.

On pourrait imaginer le postulat de départ de l’histoire au regard d’un médiocre épisode à suspense de Plus belle la vie : un homme est amoureux de sa meilleure amie mais va coucher avec sa sœur lesbienne en conclusion d’une pitoyable soirée arrosée passée dans un chalet familial. Or, on peut se rassurer, il existe encore une différence importante entre le cinéma et le soap télévisé, et ce malgré les mêmes conditions limitées de tournage. En quelques semaines, Lynn Shelton réussit à imposer un ton poétiquement réaliste, une ambiance agréable et à présenter des personnages solides. Utilisant un script griffonné, elle donne toute sa place à l’improvisation, offrant au film sa principale qualité. Cette technique dangereuse est ici sublimée par la qualité de ses protagonistes. Trois acteurs qui s’écoutent, s’amusent et se font mal, toujours sur le même rythme et sans jamais tomber dans le déséquilibre égotique.

Mais malgré cet état de confort amusé, il ne se passe pas grand-chose dans Ma meilleure amie, sa sœur et moi. Les thèmes ici soulevés ne sont qu’effleurés. Dans la hâte, on oublie souvent que se poser, prendre une boisson fraîche et se détendre aide à la réflexion et à la création. La frontière minuscule entre l’amour et l’amitié ou la complexité des relations frères/sœurs sont trop rapidement expédiés au profit de situations cocasses, conséquences du coït improbable qui lance l’intrigue. On en vient même à imaginer l’œuvre pertinente qu’on aurait pu avoir si, justement, les deux protagonistes s’étaient ce soir-là couchés chacun de leur côté. Moins de bruit, d’excuses, de Feydeau et des séquences de dialogues à trois (les meilleures du film) bien plus prolongées et pertinentes.

Que ce soit pour un feuilleton ou un long métrage, le temps et la patience sont et resteront un luxe de production. Ma meilleure amie, sa sœur et moi est une comédie dramatique mineure relevée par l’intelligence de jeu de son casting. Parfait pour la fête du cinéma, plus éphémère à plein tarif.

Titre original : Your Sister's Sister

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.