L’Ombre de Bogota (La sombra del caminante)

Article écrit par

Quand la poésie se mêle aux meurtrissures indélébiles de l’Histoire de la Colombie, elle donne lieu à un film admirable, pris comme autant de pulsions de vie.

Le noir d’abord. Puis, progressivement, la caméra recule de son point de départ : l’intérieur d’un cercueil. Métonymie d’une chronique de la mort annoncée, (mort qui ne cesse de hanter les protagonistes du film), c’est dans le bois de ce cercueil que le personnage central et néanmoins fantomatique (il apparaît et disparaît constamment), construit son outil de travail : une chaise qu’il endosse, destinée à transporter les petites gens des rues de Bogota pour une bouchée de pain. Sa silhouette dénote sur les trottoirs, bondés de vendeurs à la sauvette.

Cette incongruité du scénario – un porteur photophobe (Ciro Guerra exploite d’ailleurs cinématographiquement cette phobie, en surexposant parfois l’image ou en jouant des contrastes obscurité/clarté), est majeure. C’est par l’absurdité de sa tâche et par le mystère qui l’entoure que le film prend toute sa portée métaphorique. Il est, jusque dans les dernières minutes, insondable, ambigu, caché derrière deux grandes oeillères noires. Plus la caméra s’en approche (les gros plans sur son visage sont nombreux), moins elle semble le percer à jour. Bref, il subjugue.

C’est à sa rencontre avec Mañe, l’infirme pris dans l’étau de la pauvreté, de la violence des quartiers sensibles qu’il habite, et l’infirmité qui l’empêche de trouver du travail, que nous assistons. Ce Saint-Bernard du transport fait renaître en lui l’espoir et leur relation présente toutes les caractéristiques d’une amitié forte. Mais le porteur la rejette autant qu’elle lui est nécessaire. La rupture entre le monde et lui est flagrante, il est une ombre – L’Ombre de Bogota – sous un parapluie noir, tentant par là d’échapper à la lumière (de la vérité ?), au jugement (divin ?). Pourquoi s’est-il coupé du monde ? Quel est seulement son nom ? C’est lui l’embrayeur du récit. Et c’est aussi lui qui ouvre la boîte de Pandore.

Il est ici question du poids d’un passé, de sa résurgence, de l’expiation d’un fardeau moral par un fardeau physique : les gens que le porteur trimballe sur son dos. En contrepoint de cette lourdeur, la légèreté des petits papiers que fabrique Mañe, adepte de l’origami, qui s’envolent à la moindre brise, apportent une volupté apaisante et poétique, une bouffée d’air, dans un contexte émotionnellement chargé. Car, l’Histoire de la Colombie, empreinte de violences et d’assassinats, transpire dans les dialogues et habite physiquement les deux personnages. Ils en portent encore les stigmates, elle se matérialise littéralement dans leur chair. Et quand le voile finit par se lever sur le passé, il revient comme une claque en pleine figure.

Pour son premier film, Ciro Guerra porte un regard subtil sur son pays et sur ce peuple « qui n’abandonne pas », à l’image de Mañe, Sisyphe des temps modernes, qui réaffronte la rue pentue et ses agresseurs quotidiens, vaille que vaille. L’image, un peu "cheap" participe de la vitalité même de La Sombra del caminante. Car il parvient, avec peu de moyen (il a tourné en HD noir et blanc), la plupart du temps caméra sur l’épaule, à produire un film haletant, poétique, drôle et incroyablement "vrai". De Sica ou Rossellini trouveraient en lui, un digne successeur.

Titre original : La Sombra del Caminante

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.