Les Lendemains

Article écrit par

Squats et éveil politique dans un premier long métrage réaliste.

On les découvre d’abord de dos, marchant dans le parc d’un bled breton. Audrey et Nanou ont dix-sept ans et aujourd’hui, elles attendent les résultats du bac. Ils tombent en ligne, Audrey vérifie en premier, elle l’a. Cris de joie, coup de fil aux parents. Nanou, non. Elle va repiquer, tandis qu’Audrey partira à Rennes, en coloc’, suivre des études de socio. Le premier long métrage de fiction de Bénédicte Pagnot suit dès le départ une ligne très réaliste qu’il ne quittera jamais. Les Lendemains est l’histoire de l’après-bac, ce moment charnière où l’on se découvre, où l’on se définit. Quelques scènes plus tard, Audrey est à Rennes, fait le tour de son nouvel appartement, rencontre sa colocataire Julia qui n’achète que des produits bio. L’appart’, c’est ses parents qui lui ont acheté. Le père d’Audrey, lui, est au chômage, il va falloir qu’elle travaille. Ses heures passées à nettoyer les wagons de TGV, elle les raconte à Nanou au téléphone. Bientôt, Audrey rencontre Gwen et les autres. Ils vivent dans un squat politique, le GRAL, distribuent des tracts à la sortie des amphis, crachent sur tous ceux qui rentrent dans le moule. Elle se lie d’amitié avec les habitants du GRAL, tombe dans le militantisme par jeu, puis par conviction.

C’est un éveil à une sensibilité, à une action politique que filme Bénédicte Pagnot dans Les Lendemains. Elle accompagne de fait Audrey du début à la fin, de sa position de spectatrice au moment de sa prise d’action. La caméra la suit en toutes circonstances, souvent de dos ou de profil d’abord – c’est une jeune femme assez réservée, qui croit que la politique « ne sert à rien » -, puis de face, en plans plus ou moins rapprochés quand elle commence à agir de manière plus engagée. Si l’on sent évidemment une accointance de la réalisatrice avec son propos, son film semble plus être le témoin des désœuvrements d’une génération qui a davantage de mal à s’accomplir que par le passé (le chômage, la précarité, les coups durs quotidiens traversent tout le métrage), qu’être lui-même réellement militant. Bonne nouvelle, car c’est ainsi qu’elle dresse le portrait d’une jeunesse désespérée d’avance en même temps que celui d’une fille qui, contrairement à sa mère et à sa meilleure amie, a pu échapper au destin de caissière et à une grossesse soudaine. Si Les Lendemains est parfois maladroit, il ne manque pas d’ambition : son scénario très écrit va de pair avec une mise en scène pensée, dans laquelle les mouvements de caméra répondent à ce qu’énoncent les scènes (la séquence de l’expulsion, agitée, est à ce titre parfaite).
 
 

 
 
Mais la plus grande réussite du film de Bénédicte Pagnot tient dans la confrontation entre deux mondes : la campagne d’une part, où on laisse les amis de toujours et les parents, la ville d’autre part, où on arrive avec une grande excitation mais où l’ajustement n’est pas forcément aussi facile que la nouveauté qu’elle promet. Les Lendemains ne prend parti ni pour l’un ni pour l’autre – si Audrey rejette son village d’origine, ce n’est pas par snobisme mais par désir d’une nouvelle vie. La réalisatrice s’attache avec justesse au détachement progressif d’Audrey vis-à-vis de ses années lycée, en soulignant notamment l’éloignement d’avec Nanou (elle l’appelle de moins en moins) et ses parents (elle leur rend rarement visite). C’est ce même détachement qui l’amènera à la violence politique, que la cinéaste montre, là encore, sans prendre position. Le basculement qu’elle filme est celui qui condense clivages sociaux et utopie, et qui mène à la radicalité. Et, dans un très fort dernier plan où Audrey regarde la caméra droit dans les yeux, elle laisse planer toute l’ambiguïté.

Titre original : Les Lendemains

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 115 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.