Select Page

Les Adoptés

Article écrit par

« Les Adoptés » n’est pas seulement un film de Mélanie Laurent, avec Mélanie Laurent qui chante. C’est aussi un premier film propre mais sans saveur.

Chroniquer un film réalisé par Mélanie Laurent avec Mélanie Laurent est un véritable exercice d’équilibriste. Au fil de ses projets artistiques variés, un affrontement sans pitié s’est installé entre les admirateurs de la comédienne-chanteuse qui la soutiennent sans vergogne (souvent des mâles) et les railleurs excédés par le sérieux infondé dont elle semble imposer chacune de ses actions. Alors tentons l’objectivité. Oublions un peu le personnage et concentrons-nous sur le film. Les Adoptés est donc avant tout un premier film propre, trop maitrisé et d’un sérieux limite étouffant. Comme sa réalisatrice en fait…

Mélanie Laurent choisit de centrer son premier long métrage autour d’une famille décomposée, recomposée et à composer, où les liens du sang se mélangent avec les liens du cœur. Une famille à forte consonance féminine se retrouve bousculée par l’arrivée d’un gentilhomme. Denis Ménochet tombe amoureux de Marie Dénarnaud, installant des tensions entre les autres membres de la troupe, interprétées par Clémentine Célarié et donc Mélanie Laurent. Un événement tragique et imprévu traverse le film, forçant tous ces protagonistes à devoir se comprendre et fatalement apprendre à s’aimer. Les Adoptés se veut émotif, introspectif et sensuel. Malheureusement, la réalisatrice annule ces effets en montrant des personnages en pleurs pendant la totalité du film. Cet aspect tire-larmes instaure un sentiment de gêne permanent et empêche réellement de voir son contenu et son propos, jusqu’à la séquence finale jusqu’au-boutiste, présentant un accouchement dans le coma. Certes, l’œuvre est esthétiquement léchée, justement interprétée, mais n’échappe pas à une certaine superficialité, alourdie par les rebondissements de l’histoire. Les pistes de réflexion sont trop approximatives pour équilibrer le ressenti : la complexité des rapports familiaux, les conséquences des aléas de la vie et de ces rencontres, la puissance des sentiments, la peur de l’engagement sont évoqués sans grande profondeur.

Malgré cela, Mélanie Laurent a fait un film appliqué et cohérent. Après tout, ce n’est qu’un premier long métrage et c’est déjà pas mal. Il n’est cependant pas aisé de dissocier du reste du parcours de la néo-réalisatrice, expliquant peut-être le manque de prise de risque, de folie et d’imprécisions géniales qui auraient pu mieux valoriser ces Adoptés. Interrogée sur son implication personnelle dans l’histoire de son film (puisqu’elle y chante…), elle explique : « Au moment où j’ai écrit le personnage, il y a quatre ans, je ne savais même pas que je chanterais un jour. » Le talent et l’envie peuvent-ils sublimer l’absence avouée et assumée de vocation ? Comment accorder alors de la crédibilité ? L’opportunité (et non pas l’opportunisme) doit-elle forcément être consommée ?

Titre original : Les Adoptés

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.