L’Arnacoeur

Article écrit par

Prenez une Vanessa Paradis en héritière légèrement coincée, un Romain Duris au sommet de son art – mi-hargneux, mi-séducteur – deux acolytes amoureux et drôles, ajoutez à ces ingrédients de l´action, vous obtenez « L´Arnacoeur », jolie comédie romantique.

Amour contre argent

Alex Lippi, grand brun mince aux allures de gamin, séduit les femmes désespérées ou en passe de le devenir. A deux doigts de se marier, elles tombent successivement sous le charme de ce briseur de couple aux méthodes bien rodées. Jusqu’au jour où Juliette devient sa cible, belle poupée de luxe, œnologue fortunée et accompagnée par le prince charmant. La mission d’Alex semble presque impossible, surtout qu’elle lui trouve une « gueule de con ».


 

Un duo glamour

Premier long-métrage de Pascal Chaumeil, à qui l’on doit l’excellente série télé Fais pas ci, fais pas ça, L’Arnacoeur joue la carte du charme et du glamour. C’est en suivant l’univers très fortuné de Juliette que l’on découvre la Côte d’Azur, ses voitures bling-bling et ses chèques à plus de 3000 €.

Le couple Paradis-Duris fonctionnant à merveille, le réalisateur a choisi Julie Ferrier et François Damiens pour incarner un couple parallèle, drôle et folklorique, précieuses aides dans les missions du séducteur. Helena Noguerra, sex bomb, joue le rôle de la meilleure amie de Juliette, perdue de vue depuis dix ans, qui réapparaît pour se noyer dans l’alcool et draguer tout ce qui bouge.




Cadence décadente

Même si le scénario manque d’originalité, on se laisse rapidement séduire par l’humour des dialogues, les répliques souvent moqueuses des uns et des autres, les relations parfois compliquées entre hommes et femmes, qui pourtant se terminent bien. A ne pas manquer, le clin d’œil au film Dirty Dancing, et surtout, la scène incroyable de danse entre Romain Duris et Vanessa Paradis.

Au final, mission réussie pour cette comédie française mêlant rire et amour. Divertissant, drôle, coloré, le film est donc une réussite pour Pascal Chaumeil qui, espérons-le, renouvèlera vite l’expérience du long-métrage.

Titre original : L'Arnacoeur

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).