Select Page

La Dictature au cinéma

Article écrit par

Le vingtième siècle, celui de la naissance du cinéma (à cinq ans près), fut également traversé de nombres soubresauts sociaux et politiques qui passèrent par le prisme de ce nouvel outil d’expression. Les différents régimes autoritaires élevés au fil des décennies usèrent de la puissance évocatrice de l’image en mouvement pour décupler l’impact de leurs […]

Le vingtième siècle, celui de la naissance du cinéma (à cinq ans près), fut également traversé de nombres soubresauts sociaux et politiques qui passèrent par le prisme de ce nouvel outil d’expression. Les différents régimes autoritaires élevés au fil des décennies usèrent de la puissance évocatrice de l’image en mouvement pour décupler l’impact de leurs idées nauséabondes, afin de magnifier leur meneur et manipuler l’opinion. En contrepoint de cette facette la dictature généra une fiction qui se posait en observatrice et/ou critique de ces dictatures. Cela pu se faire dans un élan contemporain au règne de ces dictatures comme Le Dictateur de Charlie Chaplin, parfois en passant l’imaginaire où l’on pouvait lire entre les lignes tels Cas de conscience de Richard Brooks ou Z de Costa-Gavras évoquant les régimes sud-américains. Les portraits crus et glaçants d’Hitler et Amin-dada dans La Chute et Le Dernier roi d’Ecosse amènent quant à eux une dose de sidération face à la folie en marche de ces personnalités mégalomanes.  L’imaginaire d’anticipation et de science-fiction permet également de construire des fables saisissantes à l’image du Fahrenheit 451 de François Truffaut adapté de Ray Bradbury.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à la grande Kathryn Bigelow !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La période mexicaine de Luis Bunuel, cinéaste expatrié, contient en germe les obsessions qui irriguent l’intégralité de ses films. L’occasion de réévaluer la vie criminelle d’archibald de la Cruz à l’aune de sa restauration. Tragi-comédie triviale de la frustration à mi-chemin entre cruauté primitive et urbanité patricienne, l’œuvre, mésestimée, procure un frisson d’horreur mêlé de volupté coupable. En version restaurée…