Select Page

Kaili Blues

Article écrit par

Un premier film atmosphérique et d’une poésie plutôt hermétique, qui vaut particulièrement le coup d’oeil pour sa seconde moitié.

La première moitié du film est totalement absconse, d’où émergent quelques rares éléments voués à l’esquisse d’une histoire : un père irresponsable, un enfant disparu, un oncle médecin qui part à sa recherche. Le cinéaste crée un univers par petites touches, au carrefour entre réalisme et étrangeté, baignant dans une confusion qui ne craint pas de laisser son spectateur en travers de la route. Parfois, un élément accroche l’attention et stimule l’imaginaire, telle cette histoire énigmatique (surnaturelle ?) relatée à la radio comme un banal fait divers. Kaili Blues se déploie ainsi, tel un sinueux chemin de montagne fondu dans le brouillard, à mi-chemin entre film rêveur et film rêvé, au rythme lancinant des lieux traversés et des poèmes récités en voix off. Si chaque plan regorge d’idées de cinéma, le tout manque cependant d’unité, et, surtout, de réelles visions poétiques.
  

Survient alors un plan-séquence d’une quarantaine de minutes, amené à faire parler de lui, et qui suscite une fascination absente du reste du film. Est-ce à dire que c’est la performance technique qui fait la différence ? Pas si sûr. Au final, ce n’est pas tant la virtuosité du plan en soi, que son travail de la continuité qui émeut : ce plan unique se vit comme un flux mystérieux, impalpable et secret, où différentes strates temporelles paraissent se télescoper, en coïncidence avec l’exploration rigoureuse d’un lieu au fil des déplacements effectués par les personnages. Des corps qui évoluent dans un espace délimité et rendu intime car sillonné de toutes parts : la proposition est aussi minimaliste que merveilleuse, et Kaili Blues y trouve son acmé en même temps que son nécessaire point d’équilibre. Pour le reste, le premier film de Bi Gan est une expérience intrigante, vécue avec détachement, sans plus d’intérêt que d’indifférence, dans un état aux confins de la léthargie, et dont on ne conserve qu’un souvenir brumeux.

Titre original : Kaili Blues

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 110 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.