Inferno rosso. Sortie Combo DVD/Blu-ray. Éditions Le Pacte

Article écrit par

Le Bis dans tous ses éclats.

De nombreuses industries cinématographiques nationales ont véritablement prospéré dans les années 1960 et 1970. Alors que le nouvel Hollywood a rapidement acquis une renommée internationale avec des titres comme Easy Rider et Le Lauréat et produit de nombreux nouveaux talents, l’industrie cinématographique européenne fut également en plein essor. Au début, la France était le pays qui donnait le ton avec des films comme ceux de la Nouvelle Vague, mais les producteurs et cinéastes italiens conquéraient le cinéma avec leurs propres productions ou utilisaient des succès populaires pour les copier. Un flot presque ingérable de productions de genre a inondé les cinémas et nombre d’entre elles sont devenues cultes au fil du temps, notamment grâce à l’aide de nombreux autres réalisateurs tels que Quentin Tarantino, Joe Dante, John Landis et Eli Roth, inspirés par leurs collègues Lucio Fulci, ou Dario Argento grands influenceurs du giallo et de l’horreur. Pourtant, le nom de Joe D’Amato, producteur et réalisateur de certains des films les plus intéressants de cette époque, semble rarement mentionné, principalement parce qu’il jouit d’une réputation quelque peu recommandable en raison de ses nombreuses productions dans le secteur pornographique dans la dernière partie de sa prolifique carrière. Avec leur documentaire Inferno rosso: Joe D’Amato on the Road to Excess, les documentaristes Manilo Gomarasca et Massimiliano Zanin, avec l’appui de Nicolas Wending Refn, veulent contribuer à la reconnaissance que Joe D’Amato mérite depuis longtemps.

Né en 1936, Joe D’Amato, Aristide Massaccesi de son vrai nom, baigne depuis son plus jeune âge dans le milieu du cinéma. Il enchaîne les petits métiers (photographe, électricien) et devient même photographe de plateau sur Le Carrosse d’or de Jean Renoir. Joe D’Amato a ensuite poursuivi sa carrière comme directeur de la photographie et dans aucun de ses films – quels que soient le genre, le budget ou l’acceptabilité cinéphile – il n’est possible de passer à côté de cela. Bien qu’il ait réalisé une grande variété de films, souvent dans des conditions loin d’être idéales, tous avaient un certain flair, une qualité visuelle qui les élève et les rend immédiatement reconnaissables. Qualité qui a valu au réalisateur des milliers de fans fidèles qui continuent de se souvenir de lui avec tendresse et enthousiasme plus de deux décennies après sa mort.

 

Ce qui rend la base de fans de D’Amato différente de la plupart, c’est qu’elle est divisée en plusieurs groupes différents, dont beaucoup ignorent les autres. Les fans d’horreur ne connaissent souvent rien de ses westerns spaghetti ou de sa science-fiction post-apocalyptique. Et puis il y a le porno – les bons trucs, réalisés quelquefois avec un réel intérêt pour leur potentiel, et les trucs hardcore désespérés, faits pour payer les factures –  tragiquement, le seul domaine pour lequel la plupart des non-fans le connaissent. Gomarasca et Zanin démontrent une étendue remarquable de connaissances dans ces genres et sont soutenus par un ensemble impressionnant de contributeurs : réalisateurs, producteurs, stars et plus encore. La petite-fille de D’Amato se trouve parmi eux, développant un aspect personnel dans le film qui lui donne un caractère vraiment poignant.

Il est vrai que ce ne sera pas ce à quoi s’attendent certains fans. Le porno de torture moderne n’est rien à côté de certains travaux de D’Amato. Il était connu pour aller aux extrêmes, et certaines de ses scènes les plus notoires sont incluses ici. Bien que certains de ses films ou des extraits proposés dans cette œuvre n’aient pas le pouvoir qu’ils avaient dans leur contexte d’origine, ils conservent le pouvoir de perturber, même lorsqu’ils sont accompagnés d’explications sur la façon dont ils ont été tournés. Le documentaire déploie également une réflexion sur l’impact des méthodes de travail intenses voire forcenées du réalisateur sur les acteurs, dont celui qui a porté plainte parce qu’il était très traumatisé par une scène particulière. Le film ne prend pas parti ici et en devient plus fort, mais il rend le visionnage inconfortable.

 

Plutôt que de trop se concentrer sur les controverses qui ont contribué à la notoriété de D’Amato, le film s’intéresse en profondeur à son travail de producteur, de sa capacité à rallier à ses productions des stars comme Laura Gemser, sa muse, ou à son sens aigu de ce qui serait la prochaine grande nouveauté cinématographique et à sa capacité à se tailler une place dans les genres émergents. Il y a beaucoup de choses ici qui intéresseront les passionnés d’histoire du cinéma en général, tout en mettant l’accent sur la perspicacité, l’endurance et la capacité de D’Amato à se mettre en valeur.

Le film est abondamment fourni d’extraits de toute la gamme du travail de D’Amato et ils sont mélangés avec un montage fantastique d’Alessandro Calevro. Le résultat est un film dense en informations qui a néanmoins suffisamment d’énergie pour garder les spectateurs intéressés. C’est une étude fascinante sur un homme dont le talent n’a jamais été vraiment reconnu par le grand public, mais qui s’est pourtant construit un nom à maintes reprises et a laissé un héritage cinématographique important uniquement grâce à son refus d’arrêter de faire ce qu’il aimait.

Finalement, en un peu moins de 70 minutes, le documentaire met en lumière l’œuvre de D’Amato, qui comprend plus de 200 titres. D’une part, les cinéastes veulent montrer les différentes étapes de sa carrière, mais aussi souligner la passion de cet homme qui, selon sa fille, ne pouvait vivre sans travailler sur le tournage et pour qui une pause de trois mois était une torture complète. Outre sa famille, beaucoup de ses collègues comme Jess Franco, Michele Soavi et Ruggero Deodato ont leur mot à dire, qui n’expriment pas seulement leur admiration pour D’Amato. Complété par les regards actuels sur ses films, par exemple ceux du réalisateur Eli Roth ou de Jean-François Rauger, directeur de la Cinématique Française, se dessine le tableau d’un personnage créatif, passionné, imaginatif dans divers genres (le film érotique, mais aussi le thriller ou le film d’horreur) qui a toujours voulu raconter des histoires fréquemment provocatrices.

Un film comme Inferno Rosso s’adresse avant tout aux spectateurs qui s’intéressent d’une part à l’histoire du cinéma en général et d’autre part au lien entre la culture et le cinéma Bis. D’Amato est présenté comme un cinéaste qui, animé par sa passion pour le médium, s’est emparé des tendances de l’époque, y a réagi et en même temps s’est élevé au-dessus de la réputation d’un  » copieur », y compris par sa propre position de producteur.

Son œuvre alterne le choquant et l’effroyable avec le beau et l’élégant : oppositions et excès, notions que nous retrouvons constamment chez ce maître du cinéma bis.

 

Inferno Rosso, combo blu-ray/DVD, sortie le 06 décembre 2023.

Editions Le Pacte.

 

 

 

Lire aussi

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Quittant la rade de Toulon et l’atmosphère délétère et gangrenée qu’il instille dans « L’étrange monsieur Victor », Jean Grémillon choisit celle, embrumée, de Brest où il s’attelle à dépeindre l’ épopée maritime tumultueuse des sauveteurs des cargos en perdition. Le réalisme est saisissant, porté par la romance chavirante du réalisateur et la poésie incantatoire des dialogues de Jacques Prévert.