Select Page

Expérience (Tadjrobeh)

Article écrit par

Se souvenir de l’enfance. Repenser à sa propre Madeleine… Les trois premiers films d’Abbas Kiarostami: des petits bijoux à découvrir ou à revoir. Une preuve, si besoin était, que le talent, cela ne s’apprend pas!

Le premier long métrage d’Abbas Kiarostami, Expérience, de 1973 (précédé à l’occasion de cette reprise en salle de ses deux premiers courts métrages, Le pain et la rue de 1970 et La récréation de 1972), évoque les premiers émois amoureux d’un adolescent. Comme pour ses deux courts métrages, le réalisateur s’attache à filmer en décors naturels. Ce qui est important dans son œuvre se retrouve déjà ici : une peinture de l’existence qui se veut réelle. Il brosse avec grâce le portrait d’un jeune homme de 14 ans bousculé dans son quotidien par des sentiments qui le font se sentir adulte et responsable. Suite à un regard, approbateur selon lui, de la jeune fille, le garçon timide se transformera en chevalier téméraire, prêt à tout pour approcher sa belle. L’expérience de la vie, en somme…

Un mot sur les courts métrages, parce qu’ils constituent, en deux fois 11 minutes, l’essentiel d’une thématique chère à Abbas Kiarostami : l’enfance et ses tourments. À tout juste trente printemps, il réalise Le pain et la rue. Petite merveille en noir et blanc, le film retrace le parcours chaotique d’un bambin qui, ayant acheté le pain pour sa famille, se retrouve coincé dans une ruelle face à un chien errant. Témoignage d’une peur enfantine ancestrale, Le pain et la rue est un film charmant qui joue sur l’humour et la surprise. Une réalisation toute en douceur qui laisse un agréable goût de bonbon !

Sur un registre un peu différent, La récréation évoque un autre thème important chez Abbas Kiarostami : l’éducation. Après avoir cassé une vitre en jouant avec un ballon, un gamin se fait (évidemment) punir. À sa sortie de l’école, l’enfant ne semble pas vraiment décidé à rentrer chez lui. Car plus que la punition scolaire, ce que craint le petit, c’est avant tout la réaction de ses parents. L’autorité et les choix des adultes, cela n’est pas de tout repos ! La peur d’être réprimandé le fait se balader dans les rues. Il arpente la ville comme une âme en peine, à la recherche d’une solution miracle qui lui apportera la délivrance.

Du noir et blanc, des dialogues presque inexistants, une poésie de chaque instant. Abbas Kiarostami  se veut témoin du quotidien et capte avec candeur les charmes de la vie. Des films lents (montage, mouvements de caméra et plans confinent à l’immobilisme, car le réalisateur avoue percevoir la vie avec lenteur), comme certains jours peuvent l’être ; ces jours de douceur qui permettent au temps et aux êtres de s’apprivoiser mutuellement. Aimer et jouir de chaque seconde en ayant conscience qu’elle peut être la dernière. Kiarostami, cinéaste du Carpe Diem


Titre original : Tadjrobeh

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 60 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

A bigger splash

A bigger splash

A la manière de Warhol, Jack Hazan nous offre un portrait magnifique du peintre David Hockney, mais aussi de toute une époque disparue à jamais. En salles puis en DVD et Blue-Ray.

Le ciel est à vous

Le ciel est à vous

Cinéaste du prolétariat urbain avec sa conscience de classe, Jean Grémillon s’identifie à son public qui lui-même se personnifie dans les acteurs populaires. Le peuple devient le seul acteur porté par un même élan. Son oeuvre est parcourue par l’exercice d’un tragique quotidien où le drame personnel côtoie la grandeur surhumaine des événements. Focus sur la ressortie 4K du “Ciel est à vous”.