Desert Dream (Hyazgar)

Article écrit par

Production franco-coréenne, réalisé en Mongolie par un cinéaste chinois, « Desert Dream » traite de la fraternité humaine : un projet honnête qui aurait mérité un meilleur travail de fond.

Le projet de Desert Dream consiste à réunir dans un même espace deux personnages d’origine et de culture différentes et à observer ce qui peut ressortir de leurs relations.

Hungai vit seul avec sa femme et sa fille dans une yourte dressée entre le désert de Gobi et les grandes steppes mongoles. Le protagoniste est attaché, voire enchaîné à cette terre : il passe son temps à planter des arbres afin de réfréner l’expansion du désert dans les terres cultivables. Soon Hee, de son côté, est une nord-coréenne venue se réfugier en Mongolie. Contrairement à Hungai, elle n’a plus de racines. Après avoir perdu son foyer et son mari, elle erre avec son fils à la recherche d’une terre nouvelle et hospitalière. C’est ainsi que, par un certain concours de circonstances, les deux personnages vont se rencontrer.

Tout en pointant dans un premier temps les différences élémentaires de langues et de comportements, le propos du film prêche dans un second temps l’affranchissement des barrières culturelles. Improvisant des manières de communiquer plus archaïques qui passent par des gestes, des regards et des intonations, les personnages principaux vont peu à peu apprendre à se connaître et à se compléter : Hungai devient un père pour le fils de Soonhee, qui l’aide en retour à reconstituer la steppe avoisinante. Le récit, de fait, se construit en trois périodes : la rencontre, la vie commune et l’éloignement réciproque des protagonistes.

Si l’intention du film s’avère louable et attrayante, Desert Dream, au final, ne parvient malheureusement pas à nourrir son scénario et parait parfois perdre le fondement même de son propos. Le film, en effet, est bien trop long pour un tel sujet (il dépasse de peu les deux heures) – ce qui signifie que certaines scènes répètent ou ne rajoutent rien au sens global du récit. Les relations psychologiques entretenues par les personnages sont données tout en bloc au début et ne se développent pas véritablement par la suite. Presque tout est dit ou fait dès la première heure et rien à la fin n’en modifie la substance. Les événements peinent alors à s’harmoniser dans la durée du film et celui-ci s’engouffre relativement vite dans de vastes étendues monotones et ennuyeuses.

A défaut de raconter une histoire subtilement articulée, le film de Zhang Lu réussit à dépeindre avec une certaine attention le quotidien des habitants des steppes mongoles en s’attardant sur un maximum de détails possibles. Loin de donner l’impression de regarder les choses à distance, le cinéaste chinois semble s’être immiscé dans une culture qui n’est pas la sienne pour faire connaître le mode de vie qui la caractérise. Cet aspect documentaire est souligné par une approche picturale des plus soignées : le réalisateur décline la lumière naturelle des paysages désertiques en plusieurs tonalités de couleurs plus éclatantes les unes que les autres.

Proposant tout à la fois un scénario lacunaire et un remarquable jeu d’images, Desert Dream est un film inégal qui prouve la difficulté de conjuguer au cinéma le travail d’écriture avec celui de la peinture.

Titre original : Hyazgar

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 130 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.