Dan et Aaron

Article écrit par

Entre humanisme et politique, Igaal Niddam signe un film sensible ouvert à tous public.

Aaron (Baruch Brener) retrouve son frère Dan (Micha Selectar) à Jérusalem après quinze ans d’absence et de silence. Mais à la surprise et à l’émotion des retrouvailles  s’ajoute la barrière des différences. Aaron devenu avocat s’est donné pour mission de défendre les étudiants de la torah qui demandent à être exemptés de tout service militaire. Dan lui, berger et laïc, mène une vie tranquille auprès de sa femme et de ses enfants.

 Cinéaste engagé dans la cause israélienne, Igaal Niddam (le Troisième cri, Nous sommes tous des juifs arabes en Israël) traite, selon lui, du problème majeur de l‘Israël actuel ; la confrontation entre laïcs et ultra orthodoxes qui, a terme, pourrait mener à une guerre civile : « L’Israël est une jeune nation, avec des valeurs démocratiques et laïques défendant la liberté de culte et d’expression. La montée des fanatismes religieux est très préoccupante. Elle génère des injustices inacceptables pour des jeunes laïques qui doivent faire face à des obligations et des responsabilités civiles et militaires, alors que les élèves de plus en plus nombreux des Yeshivas sont exemptés à vie de toutes responsabilités citoyennes ».

 Afin de souligner cette idée, Igaal Niddam utilise la mésentente des deux frères comme métaphore de l’incompréhension et de l’intolérance qui divise le pays. Dan le grand frère reproche à Aaron de ne pas lui avoir donné signe de vie et ne comprend pas sa radicalisation. Aaron refuse de faire quoi que ce soit qui soit en désaccord aves ses croyances. Ce désaccord idéologique n’est pourtant pas désespéré. Si seul les liens du sang ont l’air d’unir les deux frères, le peuple de Jérusalem lui, aurait pour point de ralliement son attachement à leur terre, que ce soit d’un point de vue historique ou religieux. La relation qui unit le procureur Shelly (Orna Fitoussi) à Aaron, mêlée d’une incompréhension teintée d’admiration dénote aussi un semblant d’espoir. Rien n’est perdu, tout reste à construire. Malgré les abysses qui séparent tous ces personnages aux intérêts si éloignés les uns des autres, leur rapprochement s’effectue grâce à leur entourage, aux nombreuses questions que se pose Aaron et à une forme d’amour pur, sans jugement.
 
Dan et Aaron est un film courageux ; le point de vue de l’auteur est tranché et les conditions de tournage n’ont pas été de tout repos « impossibilité de tourner dans une Yeshiva, ni avec des élèves à moins d’avancer des dollars. Certains membres de l’équipe, religieux menaçaient de quitter le tournage car ils étaient en désaccord avec le scénario ». Un sujet qui remue le cœur des hommes de Jérusalem à Paris, un jeu d’acteur impeccable ; Aaron est joué par un vrai rabbin, et une mise en scène explicite en font un film fort intéressant. La juxtaposition du procès et de l’histoire personnelle de ses deux frères ne le cantonnant pas au seul film politique, il en ressort un film universel ouvert à tous public.

Titre original : Brothers

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 116 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Il était un père

Il était un père

Difficile de passer sous silence une œuvre aussi importante que « Il était un père » dans la filmographie d’Ozu malgré le didactisme de la forme. Tiraillé entre la rhétorique propagandiste de la hiérarchie militaire japonaise, la censure de l’armée d’occupation militaire du général Mac Arthur qui lui sont imposées par l’effort de guerre, Ozu réintroduit le fil rouge de la parentalité abordé dans « Un fils unique » (1936) avec le scepticisme foncier qui le caractérise.

Récit d’un propriétaire

Récit d’un propriétaire

Avant de fixer sur sa toile de fond les sempiternels drames et bonheurs étales de la maisonnée japonaise moderne, Yasujiro Ozu réfracte à travers ses films de l’après-guerre la démoralisation d’une société égarée dans le chaos des sentiments et les privations de l’occupation avant la reconstruction.