Select Page

Claude Sautet

Article écrit par

Un des auteurs majeurs du cinéma français contemporain.

Claude Sautet est un des auteurs les plus accomplis et singulier du cinéma français de ces dernières décennies. Son talent protéiforme lui permit de faire des débuts brillants dans le polar de série avec le classique Classe tous risques (1960), aboutissement d’une ascension en tant qu’assistant réalisateur durant les années 50 (et un premier film renié, Bonjour sourire en 1955). Appelé à devenir un solide réalisateur de genre, Sautet refusa pourtant cette voie après le film d’aventure L’Arme à gauche (1965) et abandonna la mise en scène durant cinq ans. Sa science du récit et du scénario, il la mettrait ainsi au service des autres – le temps de scripts retapés officiellement comme officieusement tout au long de sa carrière – en devenant le script doctor attitré du cinéma français.

Ce n’est qu’une fois prêt à se réinventer qu’il revint à la mise en scène avec Les Choses de la vie (1969). Avec ce grand mélodrame, Sautet trouve un ton singulier et inimitable : populaire, intimiste et en prise avec son temps. Il explorera ainsi avec une rare acuité les mutations de cette société française des années 1970 et plus précisément des rapports hommes/femmes. Cela se fera par le romantisme à travers le triangle amoureux de César et Rosalie (1972), le film choral dans Vincent, François, Paul… et les autres (1974) puis dans une veine plus audacieuse dans Mado (1976) ou Une histoire simple (1978), au féminisme affirmé. Le polar prend également un tour plus personnel dans Max et les ferrailleurs (1971). C’est sur cette partie cruciale de sa filmographie que nous nous attarderons pour ce Coin du cinéphile, ce même s’il signa nombre de grands films encore par la suite, comme les formidables Garçon ! (1983) et Quelques jours avec moi (1987).

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au monde de l’entreprise au cinéma.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…