Bienvenue chez les Ch’tis

Article écrit par

Carte postale ou comédie originale ? Bienvenue chez les Ch’tis n’est ni l’une ni l’autre.

Un jour, un grand garçon, Dany, décidé d’écrire une carte postale de l’endroit où il vécut, le Nord Pas de Calais. Il mit beaucoup de cœur à l’ouvrage. Il aimait tellement sa région qu’il pensa que la meilleure façon de la dépeindre, c’était de présenter tous ses défauts pour qu’au final, ses lecteurs puissent l’aimer. Puis il la posta. Philippe Abrams (Kad Merad), directeur d’une agence de la poste muté dans le Nord, est l’un des destinataires de ce portrait rempli de préjugés sympathiques.

Présentée comme une comédie, Bienvenue chez les Ch’tis n’est pas pour autant des plus drôles. Sans grande référence aux gags (slapstick) traditionnels, Bienvenue chez les Ch’tis préfère un humour de circonstance, entre situation ridicule et personnages cocasses. La trame narrative, artifice soluble de cette comédie, se concentre davantage sur la recherche d’un « langage chtimi culte » que dans une certaine ironie.

Bienvenue chez les Ch’tis présente, de façon manichéenne et fort maladroite, des différences entre la culture du Nord et du Sud. L’intérêt n’est pourtant pas de regarder le film sous cet angle mais davantage dans la comparaison des modèles de vie. Le film fait preuve d’un étonnant recul sur ce point. Philippe Abrams (Kad Merad) incarne un être plutôt froid et distant rêvant de réussite sociale, se passionnant pour le menu du restaurant. A l’inverse, Antoine Bailleul (Dany Boon) est un personnage davantage affectif, moins superficiel, plus humain. L’antagonisme de Philippe et d’Antoine souligne cette différence de tempérament que l’on peut rencontrer quotidiennement dans notre propre vie.

Bienvenue chez les Ch’tis devient alors un reflet de notre propre vie. Cette introspection des cinéastes, assez nouvelle, y compris dans le récent Paris de Cédric Klapisch, centrée sur un modèle de vie plus que sur une histoire, témoigne en elle-même de la superficialité de ce nouveau langage cinématographique. Bienvenue chez les Ch’tis, comédie culte hors sujet, symbolise alors cette « carte postale ».

Titre original : Bienvenue chez les Ch'tis

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.