Select Page

Bienvenue chez les Ch’tis

Article écrit par

Carte postale ou comédie originale ? Bienvenue chez les Ch’tis n’est ni l’une ni l’autre.

Un jour, un grand garçon, Dany, décidé d’écrire une carte postale de l’endroit où il vécut, le Nord Pas de Calais. Il mit beaucoup de cœur à l’ouvrage. Il aimait tellement sa région qu’il pensa que la meilleure façon de la dépeindre, c’était de présenter tous ses défauts pour qu’au final, ses lecteurs puissent l’aimer. Puis il la posta. Philippe Abrams (Kad Merad), directeur d’une agence de la poste muté dans le Nord, est l’un des destinataires de ce portrait rempli de préjugés sympathiques.

Présentée comme une comédie, Bienvenue chez les Ch’tis n’est pas pour autant des plus drôles. Sans grande référence aux gags (slapstick) traditionnels, Bienvenue chez les Ch’tis préfère un humour de circonstance, entre situation ridicule et personnages cocasses. La trame narrative, artifice soluble de cette comédie, se concentre davantage sur la recherche d’un « langage chtimi culte » que dans une certaine ironie.

Bienvenue chez les Ch’tis présente, de façon manichéenne et fort maladroite, des différences entre la culture du Nord et du Sud. L’intérêt n’est pourtant pas de regarder le film sous cet angle mais davantage dans la comparaison des modèles de vie. Le film fait preuve d’un étonnant recul sur ce point. Philippe Abrams (Kad Merad) incarne un être plutôt froid et distant rêvant de réussite sociale, se passionnant pour le menu du restaurant. A l’inverse, Antoine Bailleul (Dany Boon) est un personnage davantage affectif, moins superficiel, plus humain. L’antagonisme de Philippe et d’Antoine souligne cette différence de tempérament que l’on peut rencontrer quotidiennement dans notre propre vie.

Bienvenue chez les Ch’tis devient alors un reflet de notre propre vie. Cette introspection des cinéastes, assez nouvelle, y compris dans le récent Paris de Cédric Klapisch, centrée sur un modèle de vie plus que sur une histoire, témoigne en elle-même de la superficialité de ce nouveau langage cinématographique. Bienvenue chez les Ch’tis, comédie culte hors sujet, symbolise alors cette « carte postale ».

Titre original : Bienvenue chez les Ch'tis

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.