Select Page

As If I Am Not There

Article écrit par

L´horreur du nettoyage ethnique durant la guerre de Bosnie dans un premier film éprouvant.

L’an dernier, c’est Angelina Jolie qui s’attaquait aux exactions en ex-Yougoslavie dans son premier long métrage en tant que réalisatrice, Au pays du sang et du miel (2011). C’est aujourd’hui une autre femme, l’Irlandaise Juanita Wilson, qui s’attaque de front, dans As If I Am Not There, aux horreurs perpétrées durant le conflit en Bosnie-Herzégovine entre 1992 et 1995. C’est pour elle aussi son premier film, après un début de carrière dans le secteur de la production indépendante et un diplôme de journalisme décroché à Dublin. Les deux films ont en commun une approche très brute de la guerre et de ses dommages collatéraux : il s’agit, des deux côtés, de montrer la brutalité sans fard, en plans longs, parfois fixes, qui n’occultent rien. As If I Am Not There s’inspire du livre éponyme (1999) de la célèbre journaliste et écrivain croate Slavenka Drakulić, publié en France sous le titre Je ne suis pas là. Une histoire estampillée « faits réels » donc, de celles dont on se méfie depuis longtemps : c’est atroce, mais c’est vrai, il faut le montrer.

Le film raconte l’histoire de Samira, jeune institutrice de Sarajevo qui fait sa rentrée dans un petit village à quelques heures de la capitale. Mais la guerre a déjà commencé, et quelques jours plus tard, elle est déportée, avec toutes les femmes du coin, dans une région reculée de la Bosnie. Les hommes, eux, sont fusillés d’emblée. Juanita Wilson se tire avec les honneurs de cette première scène difficile, en s’en tenant à juste distance : dans une grande salle de classe, hommes et femmes sont séparés ; ils sortent en premier, la caméra reste sur leurs visages à elles – hors-champ, les rafales de mitraillettes ne tardent pas à se faire entendre. On retrouve les femmes emprisonnées dans un entrepôt au milieu de nulle part, un camp de concentration en fait. Samira est jolie, ça se voit tout de suite ; elle est jeune, aussi. Elle a tôt fait d’être choisie pour divertir sexuellement les soldats. Wilson attaque d’emblée, la première scène de viol est atroce, s’étire dans le temps et n’épargne rien des coups, des humiliations, du soulagement quand les bêtes s’arrêtent enfin. Elle explique aussi très vite le titre : à bout de forces, Samira se détache littéralement d’elle-même. On la retrouve au milieu de la pièce, observant ses bourreaux la malmener. Comme si elle n’y était pas.

 


Cette littéralité se retrouve souvent dans As If I Am Not There, et marque un peu son défaut. C’est un film du côté des femmes, filmé exclusivement de leur point de vue, qui tient les hommes à distance : on voit peu les salauds. C’est sa grande force, c’est aussi sa limite, quand ce regard s’exprime de manière un peu trop prononcée. Au mi-temps du film, Samira décide, malgré tout, de ne pas s’apitoyer sur son sort. Elle ressort une robe rouge légère, s’applique du rouge à lèvres tous les jours, seuls éclats de couleur dans une photo terne pour dire que la féminité subsiste, qu’on peut faire perdurer le soi par-delà les atrocités. On sent Juanita Wilson particulièrement investie et inspirée par son sujet, qu’elle souligne trop souvent par des cadres larges et glacials, qui retranscrivent aussi bien les espaces confinés qu’ils ne s’appesantissent sur le quotidien morbide de Samira et de ses co-détenues. Wilson est engagée aux côtés de ses personnages, parfois trop : on se prend à espérer que As If I Am Not There se tienne un peu plus en retrait de son propos, laisse plus de place à la réflexion et à l’ambiguïté.

Il y a pourtant de très belles choses dans le film de Juanita Wilson, dans la manière qu’elle a par exemple d’économiser les mots, de laisser les visages s’exprimer : là, elle réussit, par des plans resserrés, à faire se lire la peur, l’attente, l’angoisse que tout cela ne cesse jamais. As If I Am Not There bénéficie à ce titre du jeu très sensible de Nataša Petrović, étudiante en actorat à Skopje au moment du tournage, et dont c’est la première apparition à l’écran. Elle est remarquable, et contribue pour beaucoup à rendre aimable cette première œuvre éprouvante qui s’illumine sur la fin. L’œuvre d’une femme qui, au cœur de la noirceur la plus extrême, choisit en dernier recours de faire surgir un dernier sursaut d’espoir.

Titre original : As If I Am Not There

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 109 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…