Ami-ami

Article écrit par

Encore une comédie française qui oscille entre bonne humeur et grossièreté. Il serait peut-être temps d´innover.

La comédie du remariage

Ce n’est pas toujours très agréable de faire certaines constatations, mais le cinéma français, surtout les comédies qui semblent être le genre de prédilection actuel des producteurs, s’avère être d’une grande médiocrité oscillant entre vulgarité et grossièreté. Pour son premier long métrage, Victor Saint Macary, scénariste de Le Brio (long métrage d’Yvan Attal, 2017) et réalisateur du court métrage Beau-papa (2014), n’échappe hélas pas à la règle et son film, utilisant délibérément des acteurs venus de la télévision, des séries et des téléfilms, comme Margot Bancilhon et William Lebghil, surfe en toute innocence et impunité sur la vague de la comédie bien franchouillarde.

Vive la colocation

En décidant de dépeindre un couple de coloc’ comme on en croise des centaines identiques dans les rues et les cafés branchés de Paris, Victor Saint Macary arrive quelquefois à faire rire, mais d’un rire fort gras, sans toutefois prétendre tendre au spectateur une critique de la société actuelle. Il parvient même à malmener la comédie du remariage qui fit florès à Hollywood dans les années 40 comme, entre autres, L’impossible monsieur Bébé (Howard Hawks, 1938) ou Madame Porte la culotte (George Cukor, 1949) et que Stanley Cavell avait bien analysée dans son ouvrage de référence, À la recherche du bonheur : Hollywood et la comédie du remariage, paru en France en 1993 chez Vrin. Il faut dire que William Lebghil n’a rien de Cary Grant ou de Spencer Tracy, tout autant que Margot Bancilhon de Katherine Hepburn. Quant à la réalisation, on dirait que Victor Saint Macary utilise les décors d’une série même si la lumière et l’image de David Calley sont bien maîtrisées.
 

Un scénario peu original

La référence à Stanley Cavell n’est ici qu’anecdotique puisque, en fait, il ne s’agit pas d’un remariage même si, in fine, les personnages y font penser. Le scénario, écrit à quatre mains par Victor Saint Macary, Thomas Cailley, Audrey Diwan et Benjamin Charbit, n’est ni très labyrinthique ni même « choral ». Un jeune homme, échaudé par l’amour, devient le coloc’ de sa meilleure amie. Ils font vœu de chasteté ou presque, pour que l’amour n’interfère pas dans la vie de leur petite communauté, mais le destin en décide autrement. Cela aurait pu être traité à la manière légère et sautillante d’un Cukor, mais le cinéma français n’est décidément pas très élégant. La petite coterie parisienne qu’il décrit est souvent montrée comme légèrement dépressive, un peu alcoolique, jurant comme des charretiers et, surtout, complètement obsédée par le sexe. On se dit après coup que toutes les dénonciations que les féministes lancent actuellement contre la production cinématographique et ses dérives sexuelles doivent être fondées puisque les scénarios actuels font bon usage de ce qu’il est courant d’appeler maintenant : le cul. Même s’il est un peu rehaussé par une fin délibérément sentimentale, ce film prétendument « romantique » nous montre une société un peu schizophrénique partagée entre paillardises et pudibonderies.

Titre original : Ami-ami

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.