À l’intérieur

Article écrit par

Enceinte, Sarah est victime d´un effroyable accident de voiture dont son mari ne sortira pas indemne. A la veille d´accoucher, elle passe le soir du réveillon toute seule chez elle. Dans sa maison, tout est calme. Jusqu’au moment où quelqu’un vient frapper à sa porte. Derrière, une femme prête à tout pour arracher l’enfant qu’elle […]

Enceinte, Sarah est victime d´un effroyable accident de voiture dont son mari ne sortira pas indemne. A la veille d´accoucher, elle passe le soir du réveillon toute seule chez elle.
Dans sa maison, tout est calme. Jusqu’au moment où quelqu’un vient frapper à sa porte. Derrière, une femme prête à tout pour arracher l’enfant qu’elle porte en elle…

Transfuge de l´équipe de Mad Movies, Alexandre Bustillo franchit le pas et signe en collaboration avec Julien Maury, autre habitué de Mad Movies, son premier long métrage, teinté de sang et d´hémoglobine. Bienvenue chez les amateurs de films qui tâchent.

Premier constat évident à la vision du film, Bustillo et Maury sont des amoureux du genre. Le genre série B et Z d´horreur bien sûr. En mettant en scène une femme enceinte en proie à une folle furieuse ne souhaitant que lui ouvrir le ventre pour récupérer son enfant, les réalisateurs balisent des sentiers qu´ils ont arpenté des années en tant que critiques, à savoir une histoire de psychopathes ayant régulièrement recours aux armes blanches.

Dire qu´A l´intérieur se distingue des productions françaises habituelles est un doux euphémisme tant la charge de violence éclabousse le spectateur du début à la fin. Une fois passée la première demi-heure d´exposition, les réalisateurs appliquent avec une régularité de métronome les scènes d´horreur, ne lésinant pas sur les ciseaux plantés dans la main et dans le crâne, l´aiguille à tricoter enfoncée dans l´orbite ou dans le cou, et les têtes qui explosent.

Les amateurs de gore seront servis tandis que les autres spectateurs s´amuseront devant tant de grand guignol, certes assumé, mais un tantinet en deçà de ce que l´on aurait espéré. En effet, si les règles du film d´horreur sont correctement appliquées, A l´intérieur n´atteint jamais la nervosité et la virtuosité d´un Haute Tension (Alexandre Aja, 2003) ou l´organicité d´un Dans ma peau (Marina De Van, 2002), deux films français respectivement méchants et dérangeants.

Le problème n´est pas dans son traitement de la violence où, même si certaines situations sont exagérées, Sarah encaisse un nombre de coups incroyable sans broncher tandis qu´elle est sur le point d´accoucher, elles ne font preuve que de la générosité des auteurs à vouloir offrir un spectacle de tous les excès. Et l´utilisation d´une Béatrice Dalle hystérique et en manque de maternité, semblait être une garantie quant au caractère déviant de l´ensemble. On pensera d´ailleurs souvent à son rôle de cannibale dans le magnifique Trouble Every Day (Claire Denis, 2001)

Où le bât blesse-t-il alors ? Peut être dans la sous-utilisation de l´espace de la maison où l´action reste confinée, Bustillo et Maury préférant soigner leur mise en scène que construire un véritable piège pour la victime, le spectateur a la désagréable impression que le film tourne en roue libre, sans jamais aller au-delà du paramètre restreint dans lequel sont enfermés les personnages. D´autant plus dommage que le travail sur la bande son est pointu et offre au film des tonalités angoissantes, maigre reflet du grand film de terreur intra-utérine qu´A l´intérieur aurait pu être.

Il ne suffit pas en effet de tout miser sur des mouvements de caméra et une photographie en demi-teinte, très travaillée par ailleurs, pour construire un véritable film d´horreur psychologique. Sans s´ennuyer pour autant, on cherche à quel moment on parviendra à être surpris. Seule la surenchère de gore répondra à nos attentes, jusqu´à un final prévisible mais ô combien sanglant. Pour amateurs avertis.

Titre original : À l'intérieur

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.