Select Page

Un Voyage

Article écrit par

Le nouveau film de Samuel Benchetrit emmène son ex-compagne Anna Mouglalis faire un long, très long voyage…

Les habitués et les adorateurs du cinéma de Samuel Benchetrit risquent d’être déçus par ce nouveau film, Un Voyage. Bien loin de Janis et John (2003) et du sublime J’ai toujours rêvé d’être un gangster (2008), le réalisateur signe cette fois-ci une œuvre à part dans sa filmographie, une œuvre sur l’amour, sur la mort, le couple et l’euthanasie. C’est au cours d’une soirée passée devant la télévision face à un documentaire, Le Choix de Jean, que Samuel Benchetrit et son ex-compagne Anna Mouglalis se sont lancés dans une discussion sur la fin de vie. À la vie, à la mort, à l’amour? Le réalisateur, en très peu de temps, écrit son scénario et décide de donner le rôle principal à Anna Mouglalis, sans y réfléchir à deux fois. En trois mois, avec une toute petite équipe technique, moins de dix personnes sur le plateau, Un Voyage se tourne, entre la France et la Suisse, en pleine nature, dans les rues de Lausanne, dans un hôtel, dans une école primaire. Et il faut finalement un long voyage au réalisateur lui-même pour monter son film, deux ans plus tard. 

Un Voyage est un film dur, complexe, à mi-chemin entre le rêve et le cauchemar. Le tournage a été fait avec peu de moyens : on sent que les acteurs, Anna Mouglalis et son ami Yann Goven, n’ont pas été perturbés par la technique ou les techniciens qui ont travaillé sur ce long métrage. Du coup, ils se donnent sans limite à une caméra presque malsaine, ils sont à fleur de peau et ça se ressent. Tourné caméra à l’épaule pour certains plans, dans les rues désertes d’une Suisse autorisant l’euthanasie, le film prend une dimension puissante, bien au-delà de la fiction derrière laquelle n’importe quel acteur ou actrice peut se cacher. Anna est Mona, cette femme à un week-end de la mort. Elle décide avec son compagnon de partir, mais ne fait rien. Alors elle provoque des événements, pour que son mari écrivain puisse écrire le dernier chapitre de son roman, sur elle. C’est une performance d’actrice, une rencontre avec la mort, tout en acceptant de quitter la vie, l’amour.
 

La musique du film est signée du chanteur Raphael. Les rôles principaux étaient prévus à l’origine pour Jeanne Cherhal et Arthur H. Mais finalement, c’est du côté de l’intime, du fragile que Samuel Benchetrit est allé piocher. Céline Sallette incarne Claire, l’amie d’une soirée, d’une journée, au courant d’un grand secret de Mona. Anna Mouglalis est épatante tant par sa douceur, sa tenacité mais surtout sa force. Que ferions-nous la veille de notre mort ? Rien. Tout le poids d’un sujet si difficile à aborder au cinéma repose sur ses frêles épaules. Samuel Benchetrit a tenté d’exprimer sa propre fragilité, son rapport à la mort avec ce voyage, cette fiction hors-norme. 

Le film est loin d’être parfait, il laisse un goût amer à la fin de la projection, comme une envie de vivre pleinement sa vie, sans se soucier de la mort. Il pose aussi les bases d’un questionnement sur l’euthanasie, acceptée en Suisse. Peut-on véritablement programmer l’heure de sa mort? Malgré quelques moments creux, malgré une caméra bien trop frémissante, Un Voyage a le mérite de faire réfléchir et surtout, de faire ressentir à tous ceux qui franchiront le cap d’aller voir le film en salle, une sensation de malaise, de doute, de perte. Un film à part. 

Titre original : Un voyage

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».

J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin signe un premier long-métrage qui emprunte au western urbain, au thriller, mais aussi empreint de romantisme, mêlant temporalités et souvenirs par un travail intelligent des images, des sons et des formes.

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.