Un jour

Article écrit par

Un an après le très subtil « Une éducation », le nouveau film de Lone Scherfig déçoit un peu… sauf à l’interroger en deçà de son enjeu supposé.

Succédant à une bien charmante Education (2010), le nouveau film de la Danoise Lone Scherfig est une petite déception. Moins en raison d’un franc ratage que d’une monotonie ambiante empêchant ce pourtant beau récit d’un amour différé de vingt ans de s’incarner vraiment, trouver son lieu. Emma et Dexter, étudiants anglais en 1988, passent une nuit ensemble suite à l’obtention de leur diplôme… mais, comprendrons-nous très vite, ne se sont pas permis de franchir le cap, préférant cultiver leur affinité sur le long terme, dans un cadre purement amical. Détail qui n’en est pas un : cette amitié a pris effet le 15 juillet de cette année, date de la Saint Swithin, obéissant en Angleterre à une croyance selon laquelle de la pluie en ce jour serait annonciatrice de pareil sort pour les quarante suivants, et inversement en cas de beau temps. La structure entière d’Un jour, adaptation du best-seller de David Nicholls, également auteur du scénario, reposera alors sur le suivi de l’évolution de cette relation sur une vingtaine d’années, mais à la seule lumière de cette date.

Le principal problème du film est de ne finalement savoir que faire de son concept, sinon trouver tel ou tel moyen de laisser entendre que le temps passe en effet (et avec lui les tubes de chaque époque, la Tracy Chapman de 88 cédant la place au François Feldman de 92, qui aura lui-même pour successeur le Robbie Williams de 2000…), mais surtout que l’une et l’autre ont beau tout faire pour ne surtout pas s’aimer (s’imposer des « règles » d’amitié, fréquenter d’autres filles ou garçons, se marier et avoir un enfant avec un(e) autre), quelque chose doit un jour, ce jour être réglé. Manque une cruauté dans cette chronologie, une injustice durablement palpable dans les engagements de cet homme et cette femme parfaitement conscients de passer à côté de leurs sentiments, ne pouvant donner davantage à leurs compagnons du moment que leur relative disponibilité. Les parents, les amours, les enfants accompagnant Dex et Em sur ces vingt ans n’apparaissent au départ que comme des substituts, les spectateurs privilégiés d’une histoire les regardant à peine.

Avant que le film semble trouver son sens réel à la faveur d’un twist scénaristique, un quart d’heure avant la fin, donnant enfin à mesurer la singularité de cette histoire. Peut-être les liens tissés avec d’autres avaient-ils un peu plus de force que prévu, que l’enjeu pour ces deux vies était moins de s’unir, créer quelque chose ensemble, que de mesurer ce qu’ils ont malgré tout su créer l’un sans l’autre. Qu’importe au fond ce prétexte mal exploité du 15 juillet, la vraie expérience se situe dans ce qui excède ce cadre comme n’importe quel autre (celui du couple, du mariage, de la fidélité, de la comédie sentimentale…) : l’expérience partagée d’une douleur d’hommes, le regard compréhensif d’une enfant maintenant grandie, le fairplay d’un ancien rival amoureux. Un jour vaut donc in fine de garder une certaine conscience des autres jours.

Titre original : One Day

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 112 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.