The Place Beyond the Pines

Article écrit par

Le réalisateur de « Blue Valentine » revient avec un film remarquable, beau et sensible où une caméra empathique suit les trajectoires de quatre personnages sur plusieurs années.

Notez ce nom, Derek Cianfrance, car ce réalisateur ira loin. À bientôt quarante ans, cet Américain met en scène, avec The Place Beyond the Pines, son troisième long métrage après Brother Tied (1998) et le très remarqué Blue Valentine (2010). Avec l’aide de Ben Coccio, qui s’est inspiré de la ville où il a passé la majeure partie de son enfance, ils ont tous deux rédigé un scénario magnifique, dont les trois parties fonctionnent selon un principe de progression et de transmission d’un personnage à l’autre, d’un brigand à un flic, d’un père à son fils. Les premiers plans, tournés derrière l’épaule de Ryan Gosling à la façon de Mickey Rourke dans The Wrestler (Darren Aronofsky, 2009), avec en arrière-plan une fête foraine floutée, rappellent que Derek Cianfrance a gardé de son travail documentaire (entre autres sur le groupe Run-D.M.C. ou sur le rappeur américain Sean Combs), durant les années 2000 à 2010, un goût certain pour la proximité des corps et un sens aigu de la psychologie. Ces deux leitmotiv sont essentiels car ils constituent la matière première du film, sa substantifique moelle, celle à partir de laquelle se déroule une triple trajectoire humaine, filiale et sociale.

Immuable et atemporelle, la ville de Schenectady est le centre névralgique des évènements, l’astre autour duquel se déploient les trajectoires elliptiques des mondes-personnages. Cette commune de l’État de New York est indifféremment grande ou petite, étroite ou étendue, comme c’est souvent le cas des villes américaines, dénuées de centre aussi bien que de périphérie. On peut la parcourir longuement sans en atteindre le bord. Celui qui y naît y reste. Celui qui y est entré une fois ne parvient plus à la quitter, à l’image de Luke Clanton (Ryan Gosling), extraordinaire motard qui accompagne une troupe de casse-cous de fête foraine, découvrant que son amourette d’un soir avec Romina (Eva Mendes), quelques années plus tôt, a eu pour conséquence un nourrisson bien portant, et refusant dès lors de fuir ses responsabilités inattendues et de quitter Schenectady. En cherchant un moyen de subvenir à leurs besoins, il accepte le plan de Robin, un garagiste bohème du coin, consistant à braquer des banques avant de filer à toute berzingue sur sa moto. Jusqu’à ce qu’il croise le chemin d’un policier fraîchement sorti de ses études de droit, Avery Cross (Bradley Cooper), lors d’une course-poursuite haletante dont la conclusion va profondément marquer l’existence de ce débutant idéaliste, ainsi que celle du fils de Clanton.
 
  

 
   
15 ans de solitude

Difficile de souligner les grandes forces du film sans en révéler un peu trop et risquer d’atténuer, même infiniment, le plaisir du spectateur. Néanmoins, ce n’est pas trop en dire que de remarquer que ces grandes forces puisent dans une interaction remarquable entre la psychologie fouillée des personnages, du braqueur de banque charmeur au policier intègre confronté aux dérives de ses collègues, et la mise en scène pointue de Derek Cianfrance, privilégiant la contiguïté des visages et des corps. Cette interaction résulte en une profonde empathie générationnelle à la fois enthousiasmante (le film se poursuit là où les autres s’arrêtent, en allant au-delà de l’histoire individuelle) et terriblement déprimante, tant la structure infernale du récit nous amène à reconsidérer la portée de chacun de nos actes. Ces vies mises bout à bout s’enfilent en spirale à la manière des générations successives du roman de Gabriel García Márquez, Cent ans de solitude (1967), ici resserré en quinze années, au cœur d’une ville-univers qui s’apparente parfois à la Macondo du romancier colombien. En ce sens, l’épilogue du film, fondamental pour la cohérence du récit, dessine un horizon d’espoir : en quittant enfin Schenectady, un personnage finit par briser la malédiction sociale propre à la ville.

De son récit, Derek Cianfrance propose au moins deux lectures. La première est poétique et psychologique : ce lieu mystérieux, « au-delà des pins », pointé par le titre, est un endroit particulier situé dans les bois où Avery Cross est emmené, dans le dernier tiers du récit, pour y trouver sa rédemption filiale. La seconde est sociale : ce beau titre, tiré du nom iroquois de la ville de Schenectady, la symbolise tout entière comme environnement social et humain où les protagonistes se définissent moins par leur caractère qu’ils n’incarnent des trajectoires sociétales exemplaires. Le fait que les scènes aient été tournées pour la plupart dans les lieux authentiques de Schenectady (banques, hôpital) favorise cette seconde lecture, et rejoint cette constatation que Cianfrance a su mêler à une dose exacte de poésie visuelle le meilleur de l’humain.

Titre original : The Place Beyond the Pines

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 140 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.