Select Page

Sex and the city, le film

Article écrit par

Un cosmopolitain s’il vous plaît! Après quatre ans d’absence, les héroïnes volubiles de la série Sex and the city se sont données rendez-vous au cinéma. Moment très attendu…

Aller voir Sex and the city au cinéma, c’est comme rendre visite à de vieilles copines : difficile de refouler curiosité et appréhension. Auront-elles changé ? Et en quoi ? Après les avoir côtoyées quotidiennement à la télévision six années durant, Carrie, Samantha, Miranda et Charlotte ouvrent à nouveau leurs portes au public.

2h25. Les retrouvailles (ne) dureront (que ou tout) ce temps, selon les goûts. Mini-saison ou maxi épisode, Sex and the city, le film, divise. Les fans se retrouvent certes en territoire familier (New-York et ses héroïnes), mais le contenu, lui, s’avère fortement allégé en « matières grasses » ou crues. Le passage du livre à la série avait déjà éliminé la drogue du paysage, l’adaptation cinématographique, elle, édulcore le sexe. A l’origine, l’un des principaux protagonistes, le sexe donc, ainsi que ses diverses déclinaisons, s’annonçaient à chaque séquence. Aujourd’hui, les amies ont entre quarante et cinquante ans et discutent mariage, enfants et déco. Un syndrome « housewives»?

Moins qu’un prolongement de la série télévisée, Sex and the city, le film en est une suite. L’évolution des personnages ou tout du moins l’exposition de leur personnalité, domine le scénario. Charlotte, la jadis romantique mais débridée, sonne désormais ultra conservatrice. Entre sentiment maternel décuplé et vision "disneyïsante" de la vie, il flotte comme un parfum de caricature sur Manhattan. Le cynisme de Miranda s’est mué en faiblesse, le sex appeal de Samantha en fidélité et les réflexions aigues de Bradshaw en romantisme… So what happenned ?

Les filles ont vieilli, certes. Elles ont mûri, pourquoi pas. Elles se sont casées, et alors ? Les incontournables rendez-vous à déjeuner existent toujours… mais avec des enfants à table. Désormais on ne « fuck » plus, on « colorie », des gags scatologiques ont remplacé les situations inopportunes et cocasses, et surtout, on ne discute plus aventures mais vie commune. Attention, les new-yorkaises n’ont rien de grands-mères épuisées pour autant. Le glamour est plus que jamais l’ingrédient-clé. Entre défilés, penderies et maillots de bain, les fashion addicts ou simples amateurs de mode seront comblés. Et en sauveur féministe, le personnage de Samantha réveille de temps à autres l’âme originelle de la série (les notes familières du génériques s’immiscent dans son esprit), celui de Carrie ayant quelque peu perdu sa verve.

Entre plaisir (celui de retrouver le quatuor électrique) et déception (où est passé le ton acide de la série ?), nostalgie et évolution, Sex and the city s’apprécie simplement. Produire et réaliser pour le cinéma s’appréhende différemment que pour une chaîne cryptée. Telle est la leçon. Finalement, passer de la série au cinéma, c’est un peu comme passer du célibat au mariage… avec quelques concessions et un peu moins de liberté, il faut pouvoir contenter tout le monde!

Titre original : Sex and the City - The Movie

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 135 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.