Select Page

Sarah préfère la course

Article écrit par

Etude fouillée tout en intériorité d´une jeune femme dépassée par la vie.

Le titre n’est pas trompeur : pour Sarah (Sophie Desmarais), le grand frisson, c’est d’enfiler ses chaussures de course, de caler ses pieds dans les starting-blocks et d’attendre le coup de feu qui signale le départ. Après, elle s’élance, effectue ses tours de stade en ne pensant plus à rien, sinon que courir, il n’y a que ça qui vaille la peine de se lever le matin. Elle a vingt ans, arrive régulièrement en tête des compétitions, c’est ainsi qu’on lui propose une place dans un programme prestigieux de l’université McGill à Montréal. L’occasion rêvée de quitter Québec et sa mère (séquence éculée des incompréhensions mère-fille) et d’intégrer une formation où elle n’aura pas à expliquer sa préférence. Sauf que ça coûte cher : pas grave, son ami Antoine plaque tout lui aussi, il n’y a qu’à se marier, et elle pourra obtenir une bourse du gouvernement. Tant pis si elle met la charrue avant les boeufs, l’opportunité est trop belle. Et tant pis s’il tombe amoureux d’elle, il n’aura qu’à gérer de son côté.

Sarah, elle, préfère peut-être les filles : pas sûr, Chloé Robichaud, vingt-six ans à peine, a le très bon goût d’à peine esquisser ce qui définit son personnage, en construction. De sa sexualité par exemple, on ne saura rien, si ce n’est qu’un jour, dans les vestiaires, elle prend la main d’une fille, et que ça n’a pas l’air d’être la pire des choses qui soit. Ce qui intéresse Robichaud, c’est l’intérieur, le bouillonnement dans le ventre de Sarah, mélange de colère rentrée et d’envie qu’on la laisse toute seule, qu’on la laisse vivre sa vie et courir, toujours courir. Tout ce qu’on ne peut pas filmer et qui doit s’exprimer ailleurs : par l’irruption d’un demi-sourire sur le visage plus qu’impassible de Sarah, par une ride qui se creuse tout d’un coup, par une relation sexuelle à laquelle on consent parce que c’est plus simple. Tout cela, Sophie Desmarais l’incarne idéalement, filmée sous toutes les coutures dans des plans longs et pas ennemis du fixe où Robichaud l’observe sans la brusquer – quand on saisit quelque chose de Sarah, c’est un peu par accident, par quelque chose qu’elle laisse soudain échapper et qui est tout autant une surprise pour nous que pour elle.

 

Sarah préfère la course est ainsi un récit de passage de l’âge adulte, mais à rebours, sans les péripéties habituellement liées à la période. Sarah est placide, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne ressent rien, mais elle prend son temps, zigzague dans sa vie personnelle et sociale autant qu’elle fonce dans tout ce qui concerne le sport. Elle sort de temps en temps, boit “comme tout le monde… enfin, moins que tout le monde”, veut bien assister à un karaoké mais pas chanter. De là à dire qu’elle est catatonique, il n’y a qu’un pas, que Chloé Robichaud ne franchit pas – elle laisse à Sarah le loisir d’être un personnage un peu à la marge, qui a bien le droit de ne pas vivre au même rythme que les autres filles et garçons de son âge. Le film est, du coup, en dents de scie, fait alterner de très fortes scènes (l’interview de Sarah) et d’autres plus convenues (la relation avec Antoine), dans une sobriété de la mise en scène qui menace parfois de tomber dans la franche austérité. Il reste l’impression d’avoir perçu quelque chose de la sensation, à vingt ans, d’être à côté des choses : pour un premier long métrage, ce n’est pas rien.

Titre original : Sarah préfère la course

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…