Select Page

Sacha Guitry

Article écrit par

Le plus dramaturge des cinéastes ou peut-être est-ce l’inverse…

Au début des années 1930, certains cinéastes illustres du muet comme René Clair s’offusquent de l’arrivée du parlant et des dérives qui en découlent. C’est le règne, jusqu’au milieu des années 1930, d’œuvres médiocres à la mise en scène statique confinant au théâtre filmé avec un dialogue roi. L’homme de théâtre Sacha Guitry, par sa parfaite compréhension du médium cinéma, saura concilier les deux. Ainsi, le brillant Le Roman d’un tricheur (1936) associe la virtuosité du verbe à un portrait mordant par une pure inventivité formelle qui fera des émules avec Noblesse oblige (1949) de Robert Hamer ou Les Affranchis (1990) de Martin Scorsese. La dynamique du vaudeville et de la comédie de boulevard est étincelante dans Faisons un rêve (1936) ou Désiré (1937), et fait du langage un vrai moteur dramatique dans Le Mot de Cambronne (1937). Passée cette frénésie première dans son appropriation du cinéma – quatre films signés pour la seule année 1936, qui lance sa filmographie –, Sacha Guitry saura par la suite se réinventer, notamment en s’éloignant des adaptations de ses propres pièces, en voguant notamment de la comédie noire La Poison (1951) à la grande fresque historique décalée Si Versailles m’était conté (1953).

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au western américain pro-indien !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.