Select Page

Sacha Guitry

Article écrit par

Le plus dramaturge des cinéastes ou peut-être est-ce l’inverse…

Au début des années 1930, certains cinéastes illustres du muet comme René Clair s’offusquent de l’arrivée du parlant et des dérives qui en découlent. C’est le règne, jusqu’au milieu des années 1930, d’œuvres médiocres à la mise en scène statique confinant au théâtre filmé avec un dialogue roi. L’homme de théâtre Sacha Guitry, par sa parfaite compréhension du médium cinéma, saura concilier les deux. Ainsi, le brillant Le Roman d’un tricheur (1936) associe la virtuosité du verbe à un portrait mordant par une pure inventivité formelle qui fera des émules avec Noblesse oblige (1949) de Robert Hamer ou Les Affranchis (1990) de Martin Scorsese. La dynamique du vaudeville et de la comédie de boulevard est étincelante dans Faisons un rêve (1936) ou Désiré (1937), et fait du langage un vrai moteur dramatique dans Le Mot de Cambronne (1937). Passée cette frénésie première dans son appropriation du cinéma – quatre films signés pour la seule année 1936, qui lance sa filmographie –, Sacha Guitry saura par la suite se réinventer, notamment en s’éloignant des adaptations de ses propres pièces, en voguant notamment de la comédie noire La Poison (1951) à la grande fresque historique décalée Si Versailles m’était conté (1953).

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au western américain pro-indien !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.