Select Page

Rêves de femmes (Kvinnodröm)

Article écrit par

Impossible de sourire dans Rêves de femmes. Œuvre malade réalisée par un homme précieux, amoureux des femmes et profondément violent. Rêves de femmes est à son image et cette vignette, Bergman, continue de la triturer quitte à nous faire réfléchir sur cet adage, « la vie s’étire tristement ». Bergman est âgé de 37 ans […]

Impossible de sourire dans Rêves de femmes.

Œuvre malade réalisée par un homme précieux, amoureux des femmes et profondément violent. Rêves de femmes est à son image et cette vignette, Bergman, continue de la triturer quitte à nous faire réfléchir sur cet adage, « la vie s’étire tristement ».

Bergman est âgé de 37 ans lorsqu’il se penche sur les cas désespérés de ces deux femmes ivres d’amour durable. L’une est amoureuse d’un père de famille. Celui-ci décide de la quitter pour renouer avec le bonheur du mariage. Difficile pour elle d’accepter cette trahison. L’autre est un jeune mannequin, volage, insouciante et, très certainement une cousine éloignée de Monika. Au cours d’un séjour professionnel, nos deux héroïnes se retrouvent à vivre le week-end le plus important de leur vie.

Bergman est violent car la vie qu’il dépeint sous nos yeux, n’est pas si tendre que cela. Ses deux personnages féminins tentent de caresser le doux amour des hommes mais sont contraints à accepter leurs folles destinées, celle de naviguer sur des barques tristement vieillottes.

Rêves de femmes est une belle étude de cas qui déstabilise aux premiers abords, Bergman créant quelques ruptures dans la mise en scène. Réalisé en 1955, ce film fait partie de la première période du cinéaste, celle des films saupoudrés de réalisme poétique et de violence verbale (qui se terminera avec Les Communiants). Il n’est pas fortuit de constater que l’auteur suédois commence à expérimenter quelques pistes filmiques, notamment dans cette scène effrayante ou l’ex-consul s’écroule au beau milieu d’un parc d’attraction, fatigué par cette vieillesse terrible. Voyez comme Bergman refuse le mouvement de caméra, voyez comme il nous entraîne dans cette spirale sans fond. Bergman filme la mort en direct et patiente…

Titre original : Kvinnodröm

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 83 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le photographe

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

La Victime

La Victime

« La victime » tient une place et un statut à part dans la cinématographie britannique. L’ oeuvre dénonce l’hystérie
paranoïaque d’une « chasse aux sorcières » menée à l’encontre de la communauté homosexuelle. Le film favorisa la jurisprudence en faveur d’un amendement voté en 1967 dépénalisant l’homosexualité.