Select Page

Peter Sellers et la Panthère rose

Article écrit par

Une moustache, un chapeau, un pardessus et deux yeux hagard s: cachez tout objet de valeur, voici venir l’inspecteur Clouseau.

L’inspecteur Jacques Clouseau rentre dans une pièce et un inventaire s’impose : un vase sur une table branlante, une valise au sol, un placard rempli de cintres et un porte-manteaux nu. Comment l’homme à moustache va-t-il réussir à ne pas tout détruire ? Peut-être qu’il évitera cette table et ce vase qui ne demandent qu’à tomber, mais cette valise par terre, comment pourrait-il ne pas se prendre les pieds dedans ? Dans les six films de Blake Edwards mettant en scène Peter Sellers dans le rôle de Jacques Clouseau, dès que l’inspecteur entre dans le cadre, le temps s’arrête et même les objets qui l’entourent semblent retenir leur souffle. Cet homme, cet arracheur de poignet de porte, ce pourfendeur de tapis de billard est leur tortionnaire, celui qui veut leur perte. A grand coups de masse quand, voulant tuer une mouche, il vient à bout d’un piano Steinway dans Quand la panthère s’emmêle (1976), pourquoi s’en faire ? – Vous avez détérioré ce piano. – Quel est le prix d’un petit piano comparé au terrible crime qui a été perpétré ici ? (…) avec deux coups de marteau et trois clous, on répare le bastringue. La terre tourne autour de Peter Sellers et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est quelque peu désaxée.

 

Quand l’inspecteur s’emmêle

Une pierre précieuse appelée la panthère rose est sur le point d’être volée et Jacques Clouseau est mis sur le coup. Par malchance, ledit inspecteur attire les catastrophes et on pourrait voler la chaise sur laquelle il est assit sans en être le moins du monde inquiété. La série de films qui découlera de la première collaboration entre Peter Sellers et Blake Edwards a tout de l’accident. Première apparition du personnage de Jacques Clouseau, La Panthère rose (1963) ne s’intéresse pas seulement au personnage joué par Peter Sellers. Le soin apporté à l’intrigue policière et aux seconds rôles – le Fantôme joué par David Niven, la princesse Dala jouée par Claudia Cardinale – , ne donne que quelques scènes à l’inspecteur. Pourtant, malgré le peu de minutes à l’écran de Peter Sellers, durant chacune de ses scènes, le temps semble vouloir s’étirer indéfiniment. L’acteur soigne autant ses entrées que ses sorties et entre elles, tout peut arriver. L’inspecteur tombe dans les penderies, se bat avec son peignoir et les bouchons de champagne, mais surtout, ne veut pas sortir du cadre. Les gags passent essentiellement par le corps de l’acteur et même lorsqu’ils arrivent hors-champ – le bruit d’un objet se fracassant sur le sol – c’est la démarche gauche et les yeux ahuris de l’inspecteur qu’ils rappellent. A la manière du rouleau de papier hygiénique de The Party (1968) se déroulant pendant de longues secondes à ses pieds, tant que Peter Sellers est au centre de la scène, elle n’existe qu’à travers lui. En quelques minutes, Blake Edwards et Peter Sellers ont crée un monstre qui dévore le film de l’intérieur et qui sera au centre de chacun des épisodes de la série. S’il est le responsable des meilleurs moments de ces films, il mettra également en évidence leurs limites.

 

Quand la panthère s’emmêle

 

Reprenant la même construction que La Panthère rose, Quand l’inspecteur s’emmêle (1964) est sans doute l’épisode le plus réussi de la série. Cette fois-ci au cœur du film, on donne à l’inspecteur Jacques Clouseau assez de temps pour tout détruire : son bureau, son appartement, les lieux du crime. Du chaos ambiant qui l’entoure, des personnages qui deviendront récurrents apparaissent : le commissaire Dreyfus (Herbert Lom), meilleur ennemi de l’inspecteur, Kato (Burt Kwouk), le fidèle majordome et Hercule (Graham Stark), le parfait sous-fifre. Plus déjanté encore que La Panthère rose, Quand l’inspecteur s’emmêle possède quelques-unes des scènes les plus réussies de la collaboration entre Peter Sellers et Blake Edwards – tous les interrogatoires y sont dantesques. Pourtant, ce deuxième épisode laisse déjà entrevoir les défauts des ratés Retour de la panthère rose (1975) et La Malédiction de la panthère rose (1978) à savoir un enrobage autour du personnage de Clouseau assez inintéressant et des gimmicks usants. Certains gags se répètent au plan près au fil des films, Kato ne reste que le jaune ami de l’inspecteur dans un rôle assez proche du Monsieur Yunioshi de Diamants sur canapé (1961) et Blake Edwards réduit la durée de ses scènes pour transformer petit à petit ses métrages en ersatz de film d’action. L’étrange et dispensable A la recherche de la panthère rose (1982), tourné après la mort de Peter Sellers et utilisant des rushs inédits et des extraits de films précédents, n’a alors d’autre intérêt que de montrer l’importance de Peter Sellers dans la réussite de cette série – si ce n’était pas suffisant, L’Héritier de la panthère rose (1983) et Le Fils de la panthère rose (1993) finiront de nous convaincre.

Si notre préférence va aux premiers épisodes, la série prise dans son ensemble laisse pourtant un fort souvenir euphorique. Celui d’un maladroit voulant tellement bien faire, faisant tant d’effort pour durer dans le cadre que forcement tout s’écroule autour de lui. Peter Sellers a donné à l’inspecteur Clouseau une prestance, un accent et même un sex-appeal so frenchy. En mettant autant de cœur à lui faire interroger un suspect qu’à lui faire remonter ses courses ou détruire son appartement, il lui a également donné l’âme d’un enfant n’ayant pas vraiment le sens des priorités. On peut aisément imaginer les mots de Blake Edwards derrière la caméra avant chaque prise: Silence, on joue !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Palmarès Ciné 2020

Palmarès Ciné 2020

A l’aune d’une année 2020 très particulière, voici le palmarès cinématographique de notre rédaction – moins riche qu’à l’accoutumée, mais dans le contexte actuel il nous paraissait essentiel d’être au rendez-vous de ce bilan rituel.